jean marie padovani
Abonné·e de Mediapart

608 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 juin 2012

Falorni : casse à gauche !

jean marie padovani
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quelle belle réussite pour cet inconnu ! Avec le maintien de sa    candidature contre Ségolène Royal, Olivier Falorni aura réussi à prendre une première place et mettre une sacrée pagaille à gauche !

L ‘adhésion, la fameuse adhésion au Parti socialiste, … quelques beaux    discours, quelques manigances d’appareil, de jeux de coudes, et d’un seul coup vous vous sentez l’homme de la situation, un homme important, un homme qui compte.

Mais là, rien de plus beau, rien de plus grand, il suffisait de se présenter    contre Ségolène Royal, une femme politique de premier plan, et d’un coup, d’un seul, vous voilà propulsé dans les médias nationaux …

Et qui trouvez-vous sur votre chemin, pour vous soutenir ? Une première dame de France, prise par ses histoires de cœur, heureuse de prendre une revanche …

Quel attelage grotesque ! On atteint le dernier degré de la politique !    Jusqu’où va-t-on tomber et mettre en péril la gauche ?

La droite peut se réjouir … Olivier Falorni fait tout le travail, un vrai    travail de sape, venant ruiner les efforts de la gauche pour réussir le changement voulu par la majorité des Françaises et des Français, et fragilisant même le nouveau Président de la    République.

Pourtant quel est l’intérêt de cette candidature de Falorni ? Cette    candidature a-t-elle vraiment un sens politique ? Propose-t-il d’apporter quelque chose d’utile pour la gauche à l’Assemblée nationale, pour voter les lois de la République ? Aura-t-il une    influence politique aussi importante que celle de Ségolène Royal ? Représente-t-il vraiment quelque chose ?

En fait, il n’est rien de cela, Falorni se présente seulement comme un    représentant de terrain. Mais est-ce cela qu’on attend d’un député : un représentant local, une sorte d’agent commercial ? L’Assemblée nationale sert-elle à cela ?

Ségolène Royal, a fait ses premiers pas politiques aux-côtés de François    Mitterrand. Elle a été plusieurs fois député et ministre. En 2004, elle prend la région Poitou-Charentes à la droite et mène une politique progressiste. Elle a été largement réélue en 2010 à plus    de 60%. Ségolène Royal c’est la présidentielle de 2007, une défaite mais aussi une dynamique extraordinaire. Ségolène Royal, c’est aussi une bataille de congrès pour porter la rénovation du    Parti. Ségolène Royal, ce sont les Primaires, qu’elle a voulues. Battue, elle reprend le flambeau pour accompagner François Hollande à la victoire. Ségolène Royal a été de toutes les batailles    pour la gauche. Portée par ses convictions, elle a suscité des soutiens et des rejets, mais c’est une volonté politique indéniable.  

Alors que vient faire Falorni dans cette histoire ?

Rien si ce n’est détruire.

Philippe    Allard

http://www.segoleneroyal-meag.com/article-falorni-casse-a-gauche-106844771.html

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Libertés fondamentales : Gérald Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal
Ukraine, la guerre sans fin ?
La guerre déclenchée aux portes de l’Europe par l’invasion russe en Ukraine s'éternise. Va-t-on vers une guerre sans fin ? Et aussi : enquête sur le président Volodymyr Zelensky, la voix de l’Ukraine dans le monde.
par À l’air libre
Journal
À Bobigny, les manœuvres de l’académie pour priver les enseignants d’un stage antiraciste
La direction académique de Seine-Saint-Denis a été condamnée en 2020 pour avoir refusé des congés formations à des professeurs, au prétexte de « désaccords idéologiques » avec Sud éducation. D’après nos informations, elle a retoqué de nouvelles demandes en tentant de dissimuler, cette fois, ses motivations politiques. Raté.
par Sarah Benichou
Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann

La sélection du Club

Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana