Droitosphère et anti-hollandisme vont-ils bientôt dominer le web ?

Dans un article du Monde au titre choc (« Sur le Web, l’antihollandisme succède à l’antisarkozysme »), Samuel Laurent ébauche un parallèle entre 2007 et 2012 : « sur Internet, “l’antihollandisme” démarre de manière fulgurante. Le terme n’est pas encore popularisé, mais il a une réalité tangible, en tous cas sur le Web. Depuis le 6 mai à 20 heures, une partie du Web politique français est entré en “résistance“, pour reprendre un terme souvent employé ». Et le journaliste de décrire une « montée en puissance » du phénomène, qui pourrait bien, comme l’avait été l’antisarkozysme pour la gauche, devenir « un atout décisif » pour la droite dans le combat politique qui s’annonce.

La thèse est provocante, et rejoint une interrogation qui parcourt depuis quelques semaines la « gauchosphère » : est-ce que sur le champ de bataille du web, comme l’écrivait récemment Christophe Ginisty, la force n’est pas structurellement du côté de l’opposition et de la critique contre le pouvoir en place ? La domination généralement admise de la gauchosphère n’est-elle pas d’abord due au fait que celle-ci a eu la chance, si l’on peut dire, de se construire durant la longue privation de pouvoir (sur le plan national) des partis politiques de gauche, rassemblant de fait tous les mécontents et les déçus de dix ans de droite au sommet de l’Etat ? L’arrivée d’un président et, probablement, d’une Assemblée Nationale de gauche ne vont-elle pas précipiter la chute ou l’affaiblissement du web de gauche, pris à contre-pied et à contre-emploi ?

Il faut d’abord relativiser l’émergence d’une « résistance » de droite. En vérité, les boules puantes et arguments qui circulent aujourd’hui, de même que leurs vecteurs (Jeunes Pop, UNI, blogosphère réactionnaire …) n’ont rien de nouveau et sont de vieilles connaissances de celles et ceux qui sont habitués aux bagarres du web politique. Tout cela correspond simplement au maintien de l’activité de la force militante en ligne de la nébuleuse UMP, celle qui existait déjà en 2007 et qui s’est logiquement renforcée à l’épreuve de la dernière campagne. Les photos détournées pointant du doigt le supposé communautarisme de Martine Aubry, les insultes contre le nouveau président (« couille molle ») font partie du bagage éprouvé d’une galaxie de blogueurs et de twittos qui, même au plus fort de la campagne présidentielle, n’ont malgré tout jamais pu rivaliser en nombre et en influence avec leurs « homologues » de gauche. Pourquoi auraient-ils rendu les armes au lendemain de la défaite ?

Reste l’hypothèse de fond : qu’à l’anti-sarkozysme « primaire », comme on dit à droite, succède un anti-hollandisme tout aussi violent et avec la même caractéristique – c’est-à-dire étant suffisamment fédérateur pour dépasser la seule sphère partisane, et faire pencher la majorité des internautes du côté du Hollande-bashing systématique. Avant mai 2012, un internaute pris au hasard avait d’assez bonnes chances d’être anti-sarkozyste. En sera-t-il de même contre Hollande dans quelques mois ?

Je ne le pense pas. L’anti-sarkozysme n’était pas et n’est pas simplement un réflexe frondeur pavlovien contre l’autorité en place. Ses caractéristiques particulières sont liées à la personne même de Nicolas Sarkozy, et à sa propension à enfiler comme des perles les symboles désastreux. En mai 2007, la France n’était pas anti-sarkozyste. L’anti-sarkozysme est né de la lente accumulation, puis macération, d’actes politiques et d’épisodes scabreux : nuit du Fouquet’s ; vacances sur le yacht Bolloré ; bouclier fiscal ; réception bras ouverts des dictateurs ; EPAD ; discours de Grenoble … Ce sont ces incidents à répétition, touchant aux fondements mêmes de l’identité républicaine (favoritisme outrancier envers les riches, népotisme, marginalisation des droits de l’Homme, xénophobie d’Etat …), qui ont progressivement imposé une légende noire du sarkozysme, dépassant le seul clivage gauche-droite. Pour les Français s’intéressant un minimum à l’actualité et à la politique, à ce clivage classique s’est substitué un autre clivage : tradition républicaine / pratique sarkozyste du pouvoir. Clivage nourrissant à son tour tous les excès que l’on a pu connaître dans l’anti-sarkozysme, les points Godwin se récoltant à la pelle.

Pour que François Hollande déchaîne la même hostilité, en intensité et en étendue, il faudrait qu’il multiplie les mêmes faux-pas. Le « président normal » ne semble pas en prendre la voie. Si tel est bien le cas, « l’anti-hollandisme » risque de ne rester qu’une expression recouvrant des débats politiques traditionnels (gauche – droite, social-démocratie – gauche radicale), sans commune mesure avec ce que Nicolas Sarkozy a permis et suscité en son temps.

Romain Pigenel

http://www.variae.com/droitosphere-et-anti-hollandisme-vont-ils-bientot-dominer-le-web/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.