jean marie padovani
Abonné·e de Mediapart

608 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 mars 2012

jean marie padovani
Abonné·e de Mediapart

Sarkozy et les affaires : l’omerta rompue par Royal

Notre confrère Renaudot, dans un article publié ce jour sur Ze Rédac, regrette que l’équipe de François Hollande soit insuffisamment à la bataille quand celle de Nicolas Sarkozy fait feu de tout bois vert. Renaudot aurait pu préciser : l’entourage de François Hollande sauf Ségolène Royal.

jean marie padovani
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Notre confrère Renaudot, dans un article publié ce jour sur Ze Rédac, regrette que l’équipe de François Hollande soit insuffisamment à la bataille quand celle de Nicolas Sarkozy fait feu de tout bois vert. Renaudot aurait pu préciser : l’entourage de François Hollande sauf Ségolène Royal.

Cohérente et admirable dans le chemin qu’elle s’est choisie, Ségolène Royal qui sait d’expérience la nécessité de monter au créneau lorsque le candidat doit lui rester en dehors de la polémique, a choisi hier soir sur France 5 dans l’émission C Politique de frapper Nicolas Sarkozy brutalement là où ça fait mal : sur les affaires politico-financières qui rôdent autour de lui.

Le coup est d’autant plus rude que depuis le début de la campagne, l’omerta régnait : à part Laurence Ferrari que les siciliens ont depuis rappelé à l’ordre, pas une seule question de journalistes sur les affaires. Une sorte d’immunité médiatique. On ne sait jamais, si Nicolas Sarkozy gagnait tout de même la présidentielle, il vaut mieux être prudent, sauf à se retrouver correspondant à Tirana (selon le bon mot de Dante dans un précédent papier). Pour comprendre tout l’incongruité de cette situation, imaginez tout simplement comment se comporterait la presse américaine avec un candidat à la présidentielle se trouvant dans la même situation…

A voir les cris de vierges effarouchées poussés ce matin par la coterie UMPiste, avec la finesse qui la caractérise, on sent bien que l’ex-candidate à la présidentielle a dévoilé le pot aux roses en accusant Nicolas Sarkozy d’avoir peur d’être rattrapé par les affaires en cas de non-réélection, protégé qu’il est actuellement, comme Jacques Chirac en son temps, par l’immunité présidentielle. Immunité qui, soit dit en passant, couvre également l’entourage du président, depuis un arrêt de la Cour d’appel de Paris au sujet des sondages commandés par l’Elysée à Patrick Buisson le conseiller occulte et influent de Nicolas Sarkozy.

Placer des hommes-liges aux postes influents de la magistrature comme cela a été fait de manière outrancière depuis cinq ans, ne suffit pas. Il se trouve toujours un juge d’instruction n’ayant rien compris au film pour enquêter. Donner des instructions au parquet sur certaines affaires – Jean-Louis Nadal, ancien procureur général de la Cour de cassation, dénonce un sentiment de corruption publique (tiens, tiens, ça ne vous rappelle rien ?!) – n’empêche pas toujours la poursuite de certaines procédures.

Cette immunité présidentielle est donc pratique et on comprend que tout ce petit monde ait peur d’en être privé quand on voit la somme des affaires qui approchent ou touchent le président sortant ou son entourage direct, avec à chaque fois des informations judiciaires ouvertes. La liste donne le tournis, provoque la nausée.

L’appel de Bernard Tapie au journal de 20H de France2 hier soir à voter Nicolas Sarkozy aurait dû susciter une question de Laurent Delahousse sur un éventuel lien entre ce soutien et les 285 millions d’euros que l’Etat lui a attribués alors même que celui-ci avait gagné devant la Cour de cassation. Pour mémoire, une enquête vise l’ancienne ministre de l’Economie et des finances de Nicolas Sarkozy pour «complicité de détournement de fonds publics et de faux».

Les derniers développements de l’affaire Karachi, particulièrement grave car des hommes sont morts, appellent au moins une question qu’on a pas entendu dans les émissions auxquelles le président sortant a participé : Nicolas Sarkozy, alors ministre du budget, a-t-il validé un circuit des commissions occultes dont une partie a servi à financer la campagne présidentielle d’Edouard Balladur en 1995 ?

Pas relayée la question qu’a osée Laurence Ferrari – et il faut lui en rendre hommage même si elle n’a fait que son travail – sur les soupçons de financement de la campagne de 2007 par Kadhafi. Peu reprise l’information du Canard Enchaîné sur le soutien à Nicolas Sarkozy de Gérard Depardieu sous forme de renvoi d’ascenseur. Peu repris non plus l’excellent travail d’investigation réalisé par Médiapart sur les affaires.

C’est pourquoi le coup de pied dans la fourmilière donné par Ségolène Royal est non seulement un bon coup politique mais également un acte de salubrité publique tout autant qu’un appel au courage de dire la vérité. Puisse-t-il être entendu…

http://zeredac.com/2012/03/19/sarkozy-et-les-affaires-lomerta-rompue-par-royal/

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Squats, impayés de loyer : l’exécutif lance la chasse aux pauvres
Une proposition de loi émanant de la majorité propose d’alourdir les peines en cas d’occupation illicite de logement. Examinée à l’Assemblée nationale ce lundi, elle conduirait à multiplier aussi les expulsions pour loyers impayés. Une bombe sociale qui gêne jusqu’au ministre du logement lui-même. 
par Lucie Delaporte
Journal — Europe
Bombardements russes : « Il n’y a aucune cible ici, ce sont des maisons, des jardins ! »
À Dnipro, dans le sud de l’Ukraine, devant sa maison en ruines après une attaque de missile, l’infirmière Oxanna Veriemko ne peut que constater le désastre. Depuis le début de l’automne, la stratégie russe consistant à endommager les infrastructures fait de nombreuses victimes civiles. « Impardonnable », préviennent les Ukrainiens.
par Mathilde Goanec
Journal — Migrations
Arrivés en Angleterre par la mer, expulsés par charter : deux Albanais témoignent
En 2022, environ 12 000 Albanais auraient rejoint le Royaume-Uni, principalement par la Manche ou la mer du Nord, d’après Londres. Désormais, certains sont soumis à des expulsions en charter, quelques jours après leur arrivée. Plusieurs ONG et avocats s’inquiètent.
par Elisa Perrigueur, Jessica Bateman et Vladimir Karaj
Journal
Conditions de détention à Nanterre : l’État de nouveau attaqué en justice 
Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise doit examiner ce lundi un référé-liberté visant à remédier d’urgence à « l’état d’indignité permanent et endémique au centre pénitentiaire des Hauts-de-Seine ». Les requérants dénoncent « l’inertie manifeste des autorités ». 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens
Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot
Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier