jean marie padovani
Abonné·e de Mediapart

608 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 mai 2012

Désintox: Christiane Taubira et les drapeaux français

jean marie padovani
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis samedi dernier, un certains nombres d'internautes proche de la droite et de l'extrême-droite ont lancé une rumeur nauséabonde sur le net.
Pour pouvoir attaquer le supposé angélisme de la gauche, ils n'ont pas hésité à falsifier le contenu d'une interview de la ministre de la justice Christiane Taubira, lui attribuant des propos qu'elle n'a tout simplement jamais tenu.
On retrouve ainsi des tweets d'un ancien responsables des jeunes UMP :

Le dérapage du FN sur le journal de bord de Jean-marie Le Pen.

Et même sur le profil twiter l'ancienne ministre Roselyne Bachelot :


D'après les différents messages postés sur les réseaux sociaux, la ministre de la justice aurait en effet déclarée sur RFI que: « Brûler des drapeaux français, c'est un geste de liesse pardonnable ». C'est un mensonge.

1/ Les propos supposés de la ministre.. n'existent pas

Les propos de la ministre auraient été tenus sur RFI.  Nous pouvons donc écouter la dernière interview en ligne et en date de samedi dernier, toujours en ligne sur le site de RFI
Il n'existe dans cette interview aucune discussion sur des drapeaux brûlés.

2/ Une photo...qui n'a rien à voir

Sur les réseaux sociaux et en particulier sur Twitter une image circule présentant un regroupement de personnes avec un drapeau brulé. La droite et l’extrême-droite repend la rumeur qu’il s’agit de drapeaux brulés soit à Toulouse, soit à la Bastille lors de la fête populaire célébrant la victoire deFrançois Hollande à l'élection présidentielle.
Une rapide recherche sur Internet, en utilisant par exemple le moteur de recherche d’images tinyeye montre bien que l’existence de cette image est antérieure de plusieurs années aux faits qui sont actuellement relayés.
La photo est une image de l'AFP, datant de 2006. Il s'agit d'activistes du Hamas qui brûlent le drapeau Français à Ramallah. On est loin de la Bastille.
Alors que le gouvernement est nommé et que la campagne des législatives commence, la droite et l’extrême-droite utilisent l’amalgame, le mensonge et l’intox.
Une droite qui, en l’absence de propositions concrètes pour les Français, continue de jouer sur la peur et la division.
 
Les 10 et 17 juin prochains, il faudra donner une majorité au changement.
 
En matière de sécurité et de justice, le gouvernement agira avec détermination pour faire face aubilan lamentable des 5 ans passés.

Ne laissez pas passer l'intox !

> Répondez systématiquement aux messages que vous voyez passer sur le net à ce sujet en renvoyant à cet article.
> Signalez-nous les tentatives de désinformation.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes