jean marie padovani
Abonné·e de Mediapart

608 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 nov. 2011

Etre ou ne pas être…engagé.

jean marie padovani
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 
La grande majorité de ceux que je côtoie ici, comme ailleurs pensent qu’il suffit d’appeler à la révolution ou l’indignation ou autre chose pour faire acte d’engagement.C’en est un, certes, puisque la majorité s’en tient parfois à râler à la machine à café ou au bistrot ou le dimanche à la table familiale quand ils ne ferment par leur gueule.Mais voilà, il en faut un peu plus pour arriver à faire bouger la société.La société, parlons en, elle s’organise autour d’idées défendues par des groupes d’individus organisés. Ca parait bête dis comme ça et pourtant c’est bien ainsi que tout fonctionne.L’individualisme est un leurre que d’ailleurs les libéraux entretiennent intelligemment.Faire croire aux gens qu’ils défendent d’abord et avant tout les libertés de l’individu est leur force parce que, l’homme, un peu gogo, adore qu’on lui simplifie la pensée.Attention, je n’ai rien contre la liberté individuelle mais cette liberté a été codifiée par un groupe organisé au travers de partis politiques, ils ont été majoritaire à un moment et ont donc proposés et votés des lois qui encadrent nos libertés.Et c’est ainsi que régulièrement, au grès de majorité les organisés organisent notre vie.Parfois c’est bien, ça peut être vachement bien même mais souvent c’est moins bien, vachement moins bien même, mais de toutes façons vous devez les accepter.Bon, là les « révolutionnaires 2.0» de Médiapart vont me dire, hé, ho, nous si on est pas d’accord on se révolte, bien, bien, en attendant de voir ça parlons d’autres chose.De la meilleure façon d’être engagé, c'est-à-dire organisés.Puisque ceux que l’on combat lorsqu’on est de gauche sont organisés pourquoi ne pas commencer par là.C’est ainsi que j’ai pris une carte dans un parti politique et que j’y reste.Mais c’est là qu’évidemment tout se complique.Ce matin je lisais le billet de Nicolas Cadene http://blogs.mediapart.fr/blog/nicolas-cadene/251111/les-barons-appellent-toujours-la-discipline-ceux-qu-ils-pietinentÇa tombe bien, nous avons partagé les mêmes combats et nous sommes dans le même parti.C’est parfois épuisant, décourageant tout ce qu’on veut mais que dit il, à la fin, qu’il restera parce que partir c’est ce qu’attendent ceux qui te pourrissent tes idéaux.Mais aussi, et c’est là que je voulais en venir, si tous ceux qui nous disent à longueur de temps qu’ils partagent les mêmes idées de la politique venaient nous filer un coup de main en payant leur adhésion annuelle (le prix de 6 paquets de clopes) et en prenant sur leurs soirées quelques heures par mois, dans le meilleur des cas, mais la plupart du temps c’est par trimestre, on arriverait peut être à faire bouger les choses.Parce que, je le rappelle, la société n’est mise en mouvement que par des gens organisés, les autres font de la figuration, se prennent de temps en temps des coups de pieds au cul, viennent parfois sur Médiapart dire que les coups de pieds au cul ça fait mal mais ne font pas bouger grand-chose.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire