Jean-Marie RENUCCI
Abonné·e de Mediapart

24 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 sept. 2022

Jean-Marie RENUCCI
Abonné·e de Mediapart

"TotalEnergies" pourrait opportunément réactiver son ancien slogan :

« Vous ne viendrez plus chez nous par hasard ! »

Jean-Marie RENUCCI
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Chose assez banale pour tout utilisateur d’un véhicule à moteur thermique, je suis allé remplir mon réservoir à la station service.

Enfin, celle où je vais le plus souvent, quoique de moins en moins depuis la pandémie et les confinements successifs.

Je mène en effet, de plus en plus, une vie d'ascète et de reclus en attendant la mort et je peux à ce titre, comme la plupart des miséreux, des minéraux et des personnes décédées, être assez fier de mon bilan carbone !

Sauf que, aujourd’hui, il y avait une queue incroyable.

Des dizaines de voitures en file indienne débordaient sur la route, une bonne centaine de mètres avant la station.

J’ai assez vite compris les raisons de cette « hystérie » collective :

Aucune pénurie de carburants cette fois. (pas encore)

Il s’agissait juste de la station où le précieux liquide (en particulier le diesel) est le moins cher de tout le secteur.

Une station service « Access - TotalEnergies », l’entreprise du CAC 40 qui se gave en super-profits mais qui accorde généreusement des remises supplémentaires sur le prix de ses carburants dans ses propres stations services.

(Remise venant s’ajouter à celles déjà accordées par l’État, avec notre argent et jusqu’à la fin de l’année, pas au delà, par l’entremise du fameux « bouclier tarifaire »).

Alors les gros rouleurs se jettent dessus comme la misère sur le bon pain.

Dans la queue, on voyait d’ailleurs pas mal de 4x4 et de « SUV ».

Pour sur qu’avec une envolée pareille sur les prix des carburants, comme un séropositif en fin de vie, les propriétaires de ce type de véhicule n’ont plus vraiment le cœur à parader … !

La plupart d’entre-eux vivent clairement au dessus de leurs moyens avec ces « monstres » qu’ils vont très probablement tenter de revendre au plus vite en début d’année prochaine.

Mais comme ils le feront tous en même temps, nul doute que ce sera la double peine.

Leur véhicule aura une forte décote à la revente puisque plus personne n’en voudra et que le marché de l’occasion sera saturé.

Alors, pressentant le drame, ils et elles sont très « nerveux » à la pompe.

Et comme certains véhicules arrivés en sens opposé tentaient de couper le fil, l’incident était inévitable …

Le conducteur d’un de ces 4x4 a méchamment foncé en klaxonnant comme un fou sur un autre véhicule qui tentait de lui damer le pion.

Les voila déjà prêts à s’entre-tuer et à jouer aux autos-tamponneuses grand luxe pour les toutes dernières gouttes de « benzine » meilleur marché.

Qu’est-ce que ce sera si la nourriture vient à manquer durablement dans les raillons… ?

Pour ma part, résigné, passant mon chemin, je suis allé faire le plein de ma petite citadine au « Carrouf» juste à côté.

Il n’y avait strictement personne aux pompes de l’hyper.

Pourtant, le SP95 était à 1,494 euros le litre (le prix est affiché au millième d’euro maintenant !).

Il était monté à presque 1,92 euros, il y a quelques semaines à peine.

Mais ça ne devait toujours pas suffire à celles et ceux qui, au même moment, de l’autre côté de la voie rapide, étaient en train de s’étriper chez « Total », dont le slogan publicitaire a été pendant longtemps :

« Total… Vous ne viendrez plus chez nous pas hasard ! »

Un ancien slogan qui fait mouche et qui mériterait d’être remis au goût du jour puisque on vient aussi chez « Total » pour se « foutre sur la tronche » !

Oubliant au passage que le temps d’attente dans la queue, moteur allumé, fait bêtement perdre une part du bénéfice qu’on pensait faire sur son plein.

Sans compter les impatient(e)s et autres agressifs qui accrochent volontairement leur véhicule dans la bousculade et qui, pour le coups, ont « gagné la journée » comme on dit !

Ainsi va la vie trépidante des moutons que nous sommes, idiots utiles de la mondialisation heureuse, en période de vaches maigres !

Et ce n’est probablement qu’un début !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Derrière le triomphe annoncé de l’extrême droite, des élections aux multiples enjeux
Dimanche, les Italiens votent pour renouveler leur Parlement. Une élection décisive qui conclut une campagne morne mais pourrait porter l’extrême droite au pouvoir. Tour d’horizon des programmes et des enjeux. 
par Romaric Godin
Journal
La Cnil saisie d’un recours collectif contre la « technopolice »
La Quadrature du Net a recueilli les mandats de 15 248 personnes pour déposer trois plaintes contre les principaux outils de surveillance policière déployés un peu partout en France. Elle demande notamment le démantèlement de la vidéosurveillance et l’interdiction de la reconnaissance faciale. 
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal — Moyen-Orient
L’Arabie saoudite soudoie des stars des réseaux sociaux pour attirer les touristes
Le royaume entend préparer l’après-pétrole grâce aux revenus du tourisme. Pour faire la promotion des trésors touristiques saoudiens, des influenceurs des quatre coins du monde affluent par avions entiers. Avec un objectif : montrer par leurs publications Instagram que le pays s’est ouvert. 
par Yunnes Abzouz

La sélection du Club

Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit