Faites respecter votre charte !

Faites respecter la charte de Mediapart (chapitre « Fausses Nouvelles ») et traitez l'article de blog de @LMucchielli, svp. Tentative de GPS : Tout le monde ne peut pas tout comprendre sur les blogs et les réseaux sociaux" (désolé).

Non, tout le monde ne peut pas tut comprendre sur les réseaux sociaux et les blogs.

Oui, un peu de culture scientifique ne nuit pas pour parler de science.

Faites respecter la charte de Mediapart (chapitre « Fausses Nouvelles ») 

Je défends l’autodétermination (individuelle et collective), « sapere aude », se servir de son propre entendement, bref, se faire une opinion par soi-même et ne rien accepter « tout cuit » sans réfléchir. J’ai horreur de l’argument d’autorité. Le « j ’ai raison, regardez on me croît » « il/elle a tort car il/elle est jeune, et je suis le seul à savoir » sont des non-sens. Pourtant comme tout système de pensée, cela a des limites qui ont été percutées de plein fouet par la pandémie et surtout ce qui s’est passé autour.

En effet, la démarche scientifique en tant que telle a été piétinée et bafouée, parfois par certains qui étaient censés la connaître (…), l’employer et la défendre, leurs avis étant d’abord diffusés par les réseaux sociaux, puis repris par x ou y, souvent par l’extrême-droite ou par ignorance pure, avec plus de motivations que d’arguments (Jean-Paul, si tu nous écoutes…)… Cet étalage au grand jour de divergences, souvent diffusées pour se faire mousser de manière plus ou moins politicienne, mais parfois de réelle origine scientifique m’amène à expliquer (je ne suis pas seul) que « la science n’est pas une opinion », « la démarche scientifique ne s’improvise pas sur Twitter ou les blogs », « on ne peut pas écouter n’importe qui » limitant ainsi le « sapere aude » et usant de manière plus ou moins habile de l’argument d’autorité « moi je sais, mais pas toi » … Et pourtant…

Et pourtant, la démarche scientifique c’est une manière de se faire une opinion. Les publications scientifiques paraissent dans des journaux avec comité de lecture (=pas sur des blogs ou des vidéos YouTube). Ces comités de lecture relisent l’article proposé et le refusent ou l’acceptent (rarement sans des modifications ou précisions demandées aux auteurs). Ce premier filtre n’est pas absolument parfait d’une part car on peut très bien accepter un article avec des données bidonnées (cf le "LancetGate"), et d’autre part, évidemment, les relecteurs sont des spécialistes de la question et donc potentiellement des concurrents, sans compter les biais induits par de potentiels liens d’intérêts (qui doivent théoriquement être tous déclarés, ce système n’étant pas parfait, cf un ancien directeur de l’HAS qui n’avait pas déclaré ses 800 000 € perçus des laboratoires…). Cette imperfection nécessite donc de garder un esprit critique même avec les publications publiées dans les grand journaux (dont le Lancet fait toujours partie). Les articles sont donc littéralement « disséqués » (méthodes, résultats, implications etc… etc…) par ceux qu’ils intéressent, afin d’en voir les potentiels et limites, celles-ci étant d’ailleurs censées être précisées par les auteurs eux-mêmes. L’article est ensuite sujet à discussion, parfois par des courriers envoyés par des chercheurs aux auteurs et publiés dans le même journal, avec un doit de réponse des auteurs de l’article princeps.

De toute cette méthode, appliquée à des milliers d’articles, et de l’expérience acquise, finissent par émerger des connaissances dont chacun sait que certaines sont temporaires. Donc, oui, la méthode scientifique repose sur des connaissances, et une recherche de la manière dont le résultat obtenu l’a été. Et c’est particulièrement pénible, parfois, de retrouver ses petits au milieu des données contradictoires. C’est la règle. Depuis toujours, les congrès organisent des sessions intitulées « controversy » ou « pro and cons » pour faire débattre. Simplement c’est de la « cuisine interne ».

« Arguments d’autorité »

« Tout médecin » devrait savoir qu’on ne traite pas quelqu’un avec un médicament qui a des effets secondaires sans avoir démontré son efficacité.

« Tout médecin » est censé savoir qu’un médicament n’a pas les mêmes effets secondaires dans les différentes indications où il est donné.

« Tout médecin » sait (ou a su) que les virus mutent spontanément lorsqu’ils circulent et que donc, laisser circuler le virus n’est pas une bonne solution car on finit toujours par tomber sur la mutation qui rend le virus plus contagieux sans qu’il tue trop vite son hôte (sinon, pas le temps de transmission). Donc ouvrir des lits de réanimation (par ailleurs impossible en un an) n’aurait fait que relâcher la pression sur le système de santé (ce qui ne peut pas être l’objectif).

« Tout médecin » sait que les vaccins n’induisent pas de mutations, mais sélectionnent (logiquement) les virus porteurs de mutations qui font que le virus résiste au vaccin.

« Tout médecin » sait qu’on ne connaît pas encore les séquelles que garderont certains patients qui ont eu le COVID.

« Sapere Aude »

Ce n’est pas gober évidemment la communication gouvernementale sans y réfléchir. Le gouvernement s'est trompé, a peut-être menti, sans doute même.

Mais écouter tous les arguments anti-gouvernementaux parce qu’on ne comprend pas certaines décisions (pas de pass sanitaire pour la police ???) ou qu’on ne supporte pas la doctrine du maintien de l’ordre du gouvernement est aussi gober sans réfléchir.

Et je regrette, mais il ne faut pas écouter tout le monde. Pour deux complotistes de tréteaux, vous avez une ribambelle de « vrais médecins » (dont on peut se poser la question de savoir s’ils doivent le rester) qui avec des motivations difficiles à comprendre ou par bêtise, diffusent des fausses nouvelles et des contre-vérités. Je regrette, mais leur donner le même poids qu’aux gens sérieux est une erreur.

La typologie des gens à écouter sans tomber dans le « quand ils sont d’accord avec moi, c’est bon » est difficile à identifier et à transmettre. Des noms ? Beaucoup connus sur Twitter qui se sont fadés les articles merdiques pour les démonter dans les règles ou ont même publiés des articles scientifiques pour démonter la poudre aux yeux (@Tsartorius, Matthieu Lebeaud, Damien Barraud, Thibaut Fiolet) et pour les plus connus : W Dab, D Costaglia, C Lehmann (dans Libération), K Lacombe, C Hill, M Molimard (lui ça ne compte pas, je le connais). On a vu que le titre de Pr et la provenance d’un CHU ne suffisait plus à séparer (à tous les coups) le bon grain de l’ivraie. Donc, ils sont en général moins connus et moins tonitruants que les comiques-troupiers et leurs acolytes « médecins ». Ils n’organisent pas de manifestations, ils passent rarement à la TV, et jamais (j’éspère) sur Cnews et Sud-Radio.

Enfin sur le pass sanitaire, au-delà du procès d’intention sur le mode « c’est une dictature sanitaire » (expliquez-moi ce que c’est une dictature sanitaire svp) ou « ouiiiii, ça ouvre la porte à une société de surveillance » « Si on a cet outil pour les virus, on va bientôt s’en servir pour les opinions politiques », « on verra si c’est temporaire » le type même du procès d’intention… Désolé, sans moi. Une société de surveillance des causes et effets des maladies, cela s’appelle la Santé Publique et ça me va bien. Pour le moment il s’agit d’éradiquer un virus dont l’arrivée a fait diminuer l’espérance de vie de la population. Ce n’est pas une gripette, c’est dingue d’entendre encore ça après plus d’un an et des centaines de milliers de morts.

Le confinement a cassé les courbes à chaque fois qu’il a été mis en place, vacciner les fragiles et laisser mourir les contaminés plus jeunes ne me va pas non plus, laisser mourir les fragiles non plus.

Si le français sont trop cons pour se vacciner avec la raison, le pass sanitaire (=confiner ou faire payer les non vaccinés en quelque sorte, alors que le vaccin est gratuit) me va bien. Il faut juste aller vacciner là ou des personnes voudraient bien mais ne peuvent pas pour une raison x ou y. La vraie solution d’après c’est la vaccination obligatoire, qui sera peut-être rendue nécessaire par ceux qui essaieront de contourner le pass et continueront à répandre le virus par égoïsme ou bétise.

Feu à volonté,

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.