Le bal des hypocrites

Suite à l'image de Jordan Bardella ayant voté pour les dernières élections régionales, en Seine Saint Denis, face à une assesseuse voilée. Cette situation cocasse fût largement commentée, sur les réseaux sociaux, car Bardella a pour habitude de propager des stéréotypes concernant l'intégration selon lui douteuse, des français de confession musulmane. 

Parallèlement, Julien Odoul fit pleurer un enfant de 9 ans car sa mère accompagnatrice bénévole, d'une sortie scolaire lors du Conseil Regional de Bourgogne Franche Comté du vendredi 11 octobre 2019, porte le voile. À la vue de cette accompagnatrice, monsieur Odoul fit un scandale sans précédent, en pleine assemblée. 

Il a du se sentir bien seul, Bardella devant une réalité qu'il refuse d'admettre, celle qui consiste à croire que les musulman(e)s de France respectent voire sont même garant(es) de principes républicains, notamment quand ils s'organisent en réseaux de solidarités collectifs, dans des quartiers abandonnés par la république, particulièrement perceptible, en cette période de pandémie ( exemple le McDonald réquisitionné à Marseille, " l'après M").

Les faible résultats aux élections régionales du Rassemblement National et de La République En Marche, ont eu raison du climat nauséabond, instauré par une droitisation du discours politique, confondant ces partis, car tout deux insistent sur la sécurité  nationale, l'intégration, etc ... Marquant pour le pouvoir en place du moins, par la mise en place de lois liberticides ( l'état d'urgence sanitaire, puis le projet de loi sur la sécurité globale, etc), une dérive fascisante.

Bardella comme Odoul ont besoin de diaboliser les étrangers, pour exister politiquement.  La xénophobie est à l'extrême droite,  ce que la théorie du ruissellement est à la droite, une mésinterprétation. Si bien qu'ils sont des pompiers pyromanes, en alimentant des écrans de fumées via par exemple une instrumentalisation de la laïcité, pour justifier des politiques assimilationnistes. Hormis que les deux femmes voilées, concernées  ici, l'une assesseuse, l'autre accompagnatrice scolaire, sont bénévoles, pour garantir un processus républicain ( la bonne conduite de l'élection pour l'une, et pour l'autre la découverte et la compréhension d'institutions qui régissent la cité), jettant ainsi le discrédit sur les arguments de la droite et de l'extrême droite, au sujet de la mauvaise intégration des femmes voilées. Dans la mesure où, ces deux femmes voilées respectent les valeurs de la république, tout autant qu'elles incarnent ces mêmes valeurs ( liberté de culte,  de fraternité par leurs engagements citoyens). Elles sont les Mariannes modernes luttant contre le diktat occidental qui sous couvert de libertés individuelles, veut les transformer en "objet de désir". Étant donné que la tradition perçue comme caverneuse, des femmes voilées, offusque le regard esthète, du patriarcat occidental. 

Faisant écho, à la polémique actuelle du burkini et des danses traditionnelles, lors de mariages ( privés qui plus est) qui sonne comme un cache-misère, face à la crise du covid qui s'annonce, sans oublier le réchauffement climatique qui façonne de plus en plus, notre quotidien. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.