Rendez-vous

À la croisée des chemins de la connaissance, la lumière d'un sens sûre éclot la valeur des mots qui telles des fleurs éblouissent les réfractaires au changement d'horizon. Une page se tourne vers l'imagination laissant derrière elle, les pointillés d'une histoire sans fin. Il était une fois un écrivain qui parfois cale, devant cette page blanche, une hantise qui recense les journées à l'inspiration capricieuse. Puisse la page blanche imitée la blanche colombe en inspirant la paix, et non pas l'épée de Damoclès qui laisse en émoi les plumes, les plus audacieuses.

Soit, il faut franchir le pas, d'une peur qui plonge dans le doute, sans être outré par la marche à suivre. En effet, tout les moyens sont bons, pour arriver à la fin d'un raisonnement qui dénote par moment, un certain franc-parler,  retrouvé au fond de cette bouteille posée, sur le rivage d'une mer d'ivresse. Un style d'écriture qui explore les profondeurs de l'âme, là où chantent, les sirènes du regret. La fin justifie les moyens, à partir du moment où, l'émerveillement est au rendez-vous. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.