Le pouvoir de la discorde II

 

 

Les libertés fondent comme neige au soleil tandis que le gouvernement en appel à la solidarité et à la raison, en brandissant le corps hospitalier, en héros d'une saison, si ce n'est de deux, voire plus. Lui qui encore hier fit lapider les infirmières, sur la place publique. Tout en s'indignant du voile islamique, pourtant le pouvoir nous voile la face via un tissue de mensonge pour mieux museler l'indignation qui pendant la crise sanitaire bouillonne, tel le feu sous la marmite. Pendant ce temps là, sur le cable, certains journalistes colportent leurs mépris, envers les gaulois réfractaires qui selon leurs dires seraient victimes, d'une jaunisse galopante. Ces journalistes qui n'ont de brillant que les reflets de gels, étalés sur leurs chevelures, embellis par les spotlights, surfent sur une avalanche de chiffres, leurs permettant d'alimenter des polémiques via un parti pris qui crève l'écran...

 

 

Ce virus veut nous inciter à penser que les personnes âgés et les enfants sont les « maillons faible », de la Nation. Dans la mesure où, nous sommes en guerrre on ferait bien de les abandonnés, dans les tranchées, et ainsi va la vie. C'est ça la Start Up Nation, un progrès qui s'annonce sans retraites, sans services publics, sans système de santé, et si cela ne vous plait pas, il vous suffit de traverser la rue, pour devenir actionnaire, pour qu'enfin à 40 ans vous, vous offrirez le costard qui va bien, et la Rolex qui va avec.

 

 

Ah la macronie ce service après vente du CAC 40 qui nous veut du bien, plutôt qui veut nos biens, pour rembourser la dette des « premiers de cordée ». Alors que ces derniers n'en finissent plus d'avoir les mains pleines de conflits d'intérêts et de dividendes outrancières, au grand détriment, de ?

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.