Marchand de sommeil

Poème en hommage aux sinistrés de la rue d'Aubagne.

 

  

 

Interstice malheur

Ombre du progrès

Satire d'un empire

Qui n'a foi qu'en l'argent

Et ses fluctuations

Loin du vivant

Et ses déclinaisons

Consommer ou ne pas consommer

La nouvelle question existentielle

Essentielle au sort de la planète

Cette maison commune

L'avarice menace ses fondations

Les capitalistes veulent

Nous louer des chambres

Tandis que les murs tremblent

Marchands de sommeil

Habités par l'orgueil

D'une morale qui triche

Avec la vie

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.