Jusqu'au bout de la nuit

 

 Rien n'échappe à la vue

 De parfait inconnus Plus j'y pense et n'oublie pas

Ces instants d’insouciance Qui Nous mettent à l'amende

Il n'y a aucune trêve Pour nous vendre du rêve

Moyennant quelques billets Entrez braves gens festoyez

Dans cet océan de plastique Rentrez dans la danse

La cadence de cette transe Retrouvez des énergies réunies

Des hommes et femmes avertis Que la douceur d'un baiser

N'a d'égale que la chaleur d'une nuit Qui illumine les étoiles

Pour nous rappeler que nous sommes mortels Alors brave gens rentrez dans la danse

La cadence de cette transe, loin des villes accablantes

Et des jugements pernicieux, jeunes et vieux

Qu'attendez-vous braves gens, rentrer dans la danse

Là où ruisselle la joie, celle d'être à l'aise dans la démesure

 

 

Maintenant place aux spectacles et aux sourires

Venez braves gens jouir

De ces instants aussi intenses qu'éphémères

Loin de la guerre et des cris de la terre

Écoutez plutôt cette musique ce rythme frénétique

Où nous autres pauvres païens célébrons notre ignorance sur l'autel de la vie

Rien de mieux que d'être ensemble pour cette grande prière

Dans le coin d'une vallée à côté d'une rivière

Mes frères et sœurs prenons nous la main

Avant de commencer ce festin de sons éclectiques

La musique nous pousse jusqu'au bout de la nuit

Quand les heures deviennent des minutes et les minutes des secondes

Les lois et le temps s'arrêtent dans ce paradis

Des plaisirs interdits et des belles sirènes

Comment oublier Ces instants tant attendu loin de l'hiver

D'où on ne peut plus se terrer, s'enterrer

L'été ne peut qu'exalter ses couleurs retrouvés

Venez braves gens rentrez dans la danse

La cadence de cette transe, venez Dans ce cirque existentiel

Dansez avec vos tourments démentiels

Célébrer une vie qui nous échappe Grâce à ce système qui nous gâte

De futilités et autres illusions En attendant dansons braves gens

Venez dans la danse suivre la cadence de cette transe

Des nuits fiévreuses qui n'en finissent plus

Du matin au soir et du soir au matin Rien n'est trop beau pour bifurquer

De cette course effrénée qu'est la société

Dansons braves gens un jour nouveau est sur le point de jaillir

Loin de ternir la magie d'être ensemble

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.