Laissez-moi partir

 

Laissez moi partir, laissez moi en finir De cette vie sans éclat Ne vous inquiétez pas

Je pars mais je ne vous quitte pas Je serai toujours là dans le coin de vos cœurs

Car les tourments ont eu raison du mien Je serai la brise qui caresse vos oreilles

La lumière qui illumine votre visage La pluie qui ruisselle sur vos joues

Nous nous reverrons dans une autre vie Nous aurons les mêmes conversations

Avec l'étrange sensations que ce moment a déjà existé

Je n'en peut plus de ce corps qui empêche mon âme d'éclore

Je veux m'en aller m'envoler de ce bas-monde pour l'au-delà

Un monde meilleur je ne sais pas En tout cas un monde sans souffrance

Laissez moi migrer traverser la seule frontière qui vaille

Celle entre ciel et terre car ici je ne puis toléré ce progrès insensé

 

 

Laissez moi donc assouvir ce désir de partir, d'en finir

Avec cette existence qui me ronge Laissez moi dans mes songes

Là où la beauté n'est pas une cruelle maîtresse Car l'amour n'a jamais frappé à ma porte

Nul ne sait son adresse C'est pourquoi la mort sera mon escorte

Elle seule peut combler ma détresse

 

 

Laissez-moi partir, laissez-moi en finir

Du torrent de mes larmes Ce mal-être constant qu'on appel dépression

Que les liasses de papiers ne suffisent à apaiser

Ne me voyez-vous pas dépérir souffrir de ce vœu d'en finir

Face à ce crépuscule langoureux Rejoindre l'infini

Remettre mon âme à l'univers par le nœud d'une corde ou le bout d'un canon

Si ce n'est le poison d'un mélange de médicaments

Qu'importe la suite je m'en irai

Comme je suis venu par l'image d'un cri

Je crierai mon envie de sortir de cette cage qu'est mon corps

Comment pouvez-vous penser qu'un oiseau en cage chante

Il ne chante pas il crie son envie d'être libre

Comme l'oiseau mon âme crie de l'intérieur de ma cage

Comme l'oiseau une fois délivrer je m'envolerai vers les cieux

Et comme l'oiseau je me cacherai pour mourir

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.