Notre Eric national

Lors de débats à la TV, monsieur Zemmour bien assis dans son fauteuil, nous explique que la détresse nationale serait due aux hordes de migrants qui mal assis dans les canots de sauvetage, viennent prendre d'assaut la civilisation occidentale. Pour autant selon lui, il faudrait revoir certains traités commerciaux signés avec le Sud, désavantageant ce dernier . Pour lui, cela suffirait à déconstruire l'imaginaire qui pousse les gens du Sud, à partir vivre dans un Etat de droit stable, sans parler de ceux fuyant la guerre. Il concentre son propos sur les effets de la migration clandestine, sans évoquer les causes, mise à part quand il fait allusion au co-développement, de façon anecdotique.


Ce journaliste politique a depuis longtemps décelé le mal français, livre à l'appui. Désormais en potentielle campagne, pourtant ce n'est pas faute de l'avoir d'ores et déjà entendu dans des émissions diffusé ses raccourcis démagogiques, sans trop de détracteurs(rices) sur le plateau pour le contredire. D'ailleurs  ces détracteurs se comptent sur les doigts d'une main, essentiellement des femmes, un végétarien ( Aymeric Caron ) et un arabe/musulman (Tariq Ramadan). Suite au fait  qu'Eric Zemmour a été condamné pour provocation publique à la discrimination, à la haine (déjà jugé pour propos haineux en 2011 et 2019), ou à la violence à raison d'une religion, pour des propos tenus à la convention de la droite organisée le 28 septembre 2019 par des proches de Marion Maréchal. Étonnamment, les micros lui restent ouvert. Tant le choc des civilisations est vendeur quoi de mieux que de taper sur les barbus obscurantistes et leurs femmes soumises et analphabètes pour faire frémir les ménagères les plus à droite. La droitisation du discours politique caractérisant certaines lignes éditoriales, et certaines organisation politiques qui cherchent à attiser les foules pour taire la privatisation galopante de l'hexagone.


Je ne sais pas vous, mais l'idée d'un débat politique pour les présidentielles, mené entre autres par un Cyrille Hanouna qui jacte comme un adolescent face au probable candidat Zemmour qui rêve d'être calife à la place du calife; pour le peu que Marlène Schiappa à la chevelure aussi brillante que sa verve, nous fasse une danse du ventre en guise d'interludes, suivis de lapsus révélateurs de notre Eric national, cela mérite de préparer les pop-corns.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.