Le pouvoir de la discorde III

La guerre du covid cache une guerre économique qui fait rage sur le dos du peuple qui a déjà un genoux à terre. L'instrumentalisation de la santé publique fait office de fabrique du consentement qui trouve ses origines, durant la période des trentes glorieuses. Un modèle économique qui a fait ses preuves de déroute via les crises qui ont jalonné le siècle. Il continue malgré tout, son bonhomme de chemin au grand détriment de, l'ensemble du vivant. 

Emmanuel Macron  s'érige en tyran qui porte les stigmates de  l'ultralibéralisme via un cynisme prononcé. À savoir des libertés fondant comme neige au soleil, marquant d'un coup de fouet,   les indésirables de la république, autrement dit les racisés.  Ceux par qui la différence culturelle semble tellement évidente qu'aujourd'hui encore certains ont du mal, à les considérer comme humain. Tout ceci recense un choix machiavélique électoraliste afin de noyer  l'opinion publique, dans un climat du tous contre tous. Un choc des civilisations vendu comme tel, via certains médias, à la botte du pouvoir qui n'ont de journalisme que le nom et qui se poursuivra bien entendu jusqu'aux prochaines élections présidentielles...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.