Le "destin commun"

Le résumé : ou la construction d'une « communauté de destin » pluri-ethnique en Nouvelle-Calédonie : un néologisme, au confins du monde.

Le « destin commun » s'inscrit dans une perspective « post-moderne ». La post-modernité se présente comme encline à un cosmopolitisme 1, cependant elle entraîne une fragmentation de la société. Cela se traduit en économie par la multiplicité de l'offre, les médias de masses, la publicité, Internet qui conduirait à une flexibilité identitaire de l'individu en autant de groupes, de communautés2. La poly-appartenance de l'individu renvoie à un culte du présent, face à un avenir qui apparaît comme incertain dû à une vision apologétique du progrès qui a été mise à mal. Cette référence historique naît de ce scepticisme à l’égard de la modernité, se distinguant de cette dernière par un syncrétisme et une hétérogénéité qui sont vécues comme une « délivrance ». Suivant cette logique il ne s'agirait plus alors d'un « destin commun », mais plutôt des « destins commun », compte tenu de la pluralité du monde, ainsi que de la poly-appartenance des individus. Dans un contexte post-moderne dont la Nouvelle-Calédonie tarde à s'inscrire, causé par le fait que l'exception ( « matérialiste ») néo-calédonienne repose sur sa manne minière. Hors ce secteur a connue ces dernières années une conjoncture économique défavorable, à l'activité industrielle de l'île. Venant à nuancer la représentation « libératrice » de la modernité , qui aurait brillé durant la révolution industrielle. La dépendance de cette île envers le secteur minier a de quoi rendre perplexe, quant à son avenir3.

 

De plus le dérèglement climatique, qui alerté par un particularisme, concernant les impacts sur l'environnement, comme ceux lié à la montée des eaux ( ile de Tuvalu, etc). Tendent à délégitimer l'Occident d'incarner l'espoir, et le progrès. Perceptible par le fait qu'il a crée ce déterminisme technologique, et qu'il garde le même cap4, quoi qu'il en coûte, au détriment du vivant ( la biosphère, et les humains). L'urgence climatique suppose de renouer avec des valeurs de respect de la nature, qui sont aussi des valeurs chères à la société mélanésienne. Cette dernière peut nous apporter sur le processus démocratique, qu'est la recherche du consensus, encore faudrait-il prendre en considération leurs cultures, leurs paroles. Dans ce contexte, le « destin commun » s’appuierait sur la notion de « bien commun », comme forme de néo-animisme5 qui érigerait la terre et la mer, en entités, qui transcendent les « barrières artificielles » qui séparent les hommes entre eux6, et dont ces derniers quels qu'ils soient en constitue des  gardiens temporaires .

 

 

« Déjà la terre habitée entoure le peuple, (…) elle semble avoir engendré les hommes au commencement des choses , et ceux-ci se sentent comme des produits de la terre et comme les natifs du pays. »7

 

1 Doctrine de ceux qui se considèrent comme « citoyens du monde », selon Le Larousse.

 

2Au sens large du terme, parfois même liés à une forme de consumérisme «  l'effet tribu » ( les tribus Nike, Adidas, etc).

3 Compte tenu des exemples d'îles victimes du productivisme non loin de l'archipel en question ( l'île de Nauru, la Papouasie qui compte la plus grande mine à ciel ouvert au monde).

4 Le « Make America great again » du président Trump, le président brésilien qui est en faveur de la déforestation d'une partie de l’Amazonie.

5 Caractéristiques d'un revirement vers un crépuscule des Dieux suite à un excès de sciences à titre d'exemple la pratique en vogue de méditation, yoga, et autres cultes en vogue en Occident. A titre d'exemple le peuple maori a contribué au fait que la Whanganui River dispose les mêmes droits qu'un être humain.

6 La politique locale de parts et d'autres nous vante les mérites du modèle industriel comme la seule voie à suivre pour autant ce modèle semble à l'ère de l'anthropocène désuet car énergivore et source d'externalités négatives ( pollutions des sols et des océans).

7Tonnies Ferdinand, Communauté et société, PUF, Paris, 2010, p.228-229-230.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.