Jean Michel-Henry
Abonné·e de Mediapart

40 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 juin 2021

Le souffle du chroniqueur II

En fait, on utilise pour parler, des organes, lèvres, langue, mandibule, larynx, poumons, qui n’ont pas été dévolus par l’évolution, pour parler, on les a détournés, on les détourne constamment en même temps que les fonctions vitales de respiration sont assurées. Un phénomène appelé exactation et qui bouscule le Logos théologique..

Jean Michel-Henry
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il est des chroniqueurs qu’on écoute en prenant son petit-déjeuner, et la mastication du pain grillé qui résonne dans vos oreilles, voire le déchargement du lave-vaisselle, ne fait pas obstacle à votre compréhension tellement l’élocution est claire, et le débit modéré. Le chroniqueur que j’écoute volontiers, a prononcé, dans sa dernière intervention  311 mots en 105 secondes, ce qui, si je ne m’abuse nous donne un débit  d’environ 3 mots par seconde. Un débit légèrement inférieur à celui ( 3,3 mots/s) de l’intervenant météo entendu ce même jour…Un confort d’écoute relatif que ne prodiguent pas, en revanche  les scoops publicitaires, avec un flux qui monte à quelque 5 mots seconde, à la façon de ces adolescents qui gomment les consonnes pour parler plus vite.
À l’inverse, un George Claisse vous lit le poème de Victor Hugo dédié à son frère décédé en 1837, comprenant 219 mots, en une minute 40 secondes, soit à un débit de 2,2 mots par seconde seulement. Lecture, direz-vous et non parole. Mais les chroniqueurs procèdent aussi à une oralisation de l’écrit, Pas une mince affaire! Celui que j’écoute régulièrement a ainsi accroché une fois, produisant un lapsus attestant de la différence entre le substrat écrit qui était là et l’imagerie mentale qu’il en avait. Il a respiré entre 15 et 20 fois. Un décompte approximatif en raison des miniprises d’air qu’on n’entend pas et qui pourraient s’apparenter à la pause que demande une virgule. Des prises d’air qui ne sont d’ailleurs pas les mêmes selon qu’on parle ou qu’on oralise de l’écrit. On ne respire pas au même moment dans les deux cas, côté cerveau le contrôle moteur semble opérer différemment. Peut-être, dans le cas de l’oralisation, à cause d’un effet retard du retour, ce retour dont se servent par exemple les musiciens pour s’ entendre et se guider…
Quoi qu’il en soit, parler ou oraliser de l’écrit, c’est le fait de mammifères qui réussissent ce tour de force de prononcer des mots qui produisent du sens, avec leur souffle, leur salive, leurs muscles maxillo-faciaux. Miracle ou évolution? 
Évolution, nous dit Louis-Jean Boë, linguiste et chercheur en Sciences de la parole.
À partir de quand les primates non-humains, ou primates humains ont commencé à utiliser leur conduit vocal autrement   que pour sucer, mastiquer, et déglutir? En fait, on utilise pour parler des organes, lèvres, langue, mandibule, larynx, poumons, qui n’ont pas été dévolus par l’évolution, pour parler, on les a détournés, on les détourne constamment en même temps que les fonctions vitales de respiration sont assurées, ce phénomène qu’on appelle l’exactation, c’est-à-dire la possibilité d’utiliser des organes pour autre chose que ce pour quoi ils ont été prévus par l’évolution, par exemple les papillons, que l’on voit voler maladroitement, utilisent leurs ailes qui sont en principe des panneaux solaires qui leur permet de se réchauffer, pour voler…Eh bien nous, nous avons détourné des organes pour parler. Mais bien évidemment il y a toute la partie cerveau qui intervient, il y a d’abord toute la partie contrôle moteur de ces organes, et la parole est sous-tendue par tout un système cognitif qui permet de combiner des sons en syllabes et des syllabes en mots, et ces mots en énoncés, et toute cette partie cognitive qui constitue le langage, est nécessaire pour arriver à produire des phrases qui ont un sens. Et la question fondamentale c’est: est-ce que c’est l’homme seul qui a opéré cette exactation, et ne trouve-t-on pas dans le fonctionnement des vocalisations, dans la production des vocalisations des singes, des traces de ce détournement.  On sait que les singes n’utilisent pas une quantité de sons pour faire des mots, et des mots pour faire des phrases, par contre on va observer qu’ils utilisent des sons différenciés pour les associer à des situations éthologiques différentes , réalisant ainsi une communication où un son est attribué à un sens.
« Lèvres, langue, mandibule, larynx, poumons, qui n’ont pas été dévolus par l’évolution, pour parler », dit le chercheur. Un pavé dans la mare du créationnisme et du hors-sol  Logos  théologique. Ainsi Saint Jean, dans son évangile,  inverse-t-il le rapport chronologique chair/esprit:  
 Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. Elle était au commencement avec Dieu. Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n'a été fait sans elle. (…) Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous.
Pas d’accord avec le détournement ou l’exaltation, notre évangéliste!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
Au Mexique, Pérou, Chili, en Argentine, Bolivie, Colombie, peut-être au Brésil... Et des défis immenses
Les forces progressistes reprennent du poil de la bête du Rio Grande jusqu’à la Terre de Feu. La Colombie est le dernier pays en date à élire un président de gauche, avant un probable retour de Lula au Brésil. Après la pandémie, les défis économiques, sociaux et environnementaux sont immenses.
par François Bougon
Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal — Politique
Avoir un vrai scrutin proportionnel ? Il n’est jamais trop tard pour l’adopter
Malgré l’absence de majorité absolue à l’Assemblée, une réforme du mode de scrutin aux législatives serait toujours utile. Celui qui est en vigueur continue à produire des effets problématiques, tandis qu’un passage à la proportionnelle pourrait procurer des avantages supplémentaires. 
par Fabien Escalona
Journal
L’« Eurafrique » : quand le projet européen soutenait des ambitions coloniales
Les Suédois Peo Hansen et Stefan Jonsson mettent au jour l’origine coloniale de l’Union européenne, dans un essai centré sur le concept méconnu d’Eurafrique. Cette notion controversée connut une gloire éphémère jusqu’à la conclusion du traité de Rome en 1957 avant d’être effacée des mémoires.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
Droit à l’avortement: aux États-Unis, la Cour Suprême renverse Roe v. Wade
La Cour Suprême s’engage dans la révolution conservatrice. Après la décision d'hier libéralisant le port d’armes, aujourd'hui, elle décide d'en finir avec le droit à l'avortement. Laisser la décision aux États, c’est encourager l’activisme de groupes de pression réactionnaires financés par des milliardaires évangéliques ou trumpistes. Que se passera-t-il aux élections de mi-mandat ?
par Eric Fassin
Billet de blog
L'avortement fait partie de la sexualité hétéro
Quand j'ai commencé à avoir des relations sexuelles avec mes petits copains, j'avais la trouille de tomber enceinte. Ma mère a toujours dépeint le fait d'avorter comme une épreuve terrible dont les femmes ne se remettent pas.
par Nina Innana
Billet de blog
Cour Suprême : femme, débrouille-toi !
Décision mal-historique de la Cour Suprême états-unienne d’abroger la loi Roe vs. Wade de 1973 qui décriminalisait l’avortement. Décision de la droite religieuse et conservatrice qui ne reconnaît plus de libre arbitre à la femme.
par esther heboyan