Jean Michel-Henry
Abonné·e de Mediapart

40 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 mai 2021

Les enfants morts à Gaza ont, eux aussi, un nom.

Ne pas nommer les enfants morts à Gaza reviendrait à les considérer comme "barbares", au sens de ceux qui ne parlent pas la même langue , comme l'ont fait les Arabes avec les dénommés "berbères", et qui pour cette raison étaient considérés comme inférieurs...

Jean Michel-Henry
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On lit dans Le Point international.
Source AFP
Publié le 13/05/2021 à 02h43 - Modifié le 13/05/2021 à 07h43
« Israël intensifie ses raids à Gaza, combat des émeutes sur son sol »
Puis, L'aviation israélienne a pulvérisé une tour de plus de dix étages abritant des bureaux de la chaîne palestinienne Al-Aqsa, créée il y a quelques années par le Hamas. Le dernier bilan fait état de 67 morts à Gaza, dont 17 enfants, et près de 400 blessés.
ONU
"En représailles au raid sur la tour Al-Shorouk et à la mort d'un groupe de dirigeants", le Hamas a lancé mercredi soir plus d'une centaine de roquettes vers Israël dont plusieurs ont été interceptées par le bouclier antimissiles "Dôme de Fer".
Ces nouvelles frappes ont fait passer à environ 1 500 le nombre de roquettes tirées vers l'État hébreu depuis le début de la semaine par différents groupes armés. Et le bilan est passé à sept morts côté israélien, dont un enfant de six ans, Ido Avigal, et des centaines de blessés en un peu plus de deux jours.
 Depuis le 13 les chiffres ont changé, on parle maintenant de plus d’une centaine de morts dont  plusieurs dizaines d’enfants et 7 morts côté israélien, dont un enfant.
La vie des enfants, comme chacun sait, est sacrée, et aucun ne devrait perdre la vie  lors de bombardements, comme le chante  Yousou N’dour dans son chef d'oeuvre « Seven seconds ». Ce qui surprend dans l’article du Point, c’ est qu’il donne le nom de l’enfant israélien tué ( ido Avigal) quand il ne donne aucun nom pour les alors 17 enfants palestiniens tués. Nommer, c’est rendre hommage, très bien. Mais fallait-il le faire avant d’avoir connaissance des noms des enfants palestiniens? On pourra expliquer ce déséquilibre par une difficulté matérielle à obtenir ces noms en raison du chaos que les bombardements israéliens provoquent  dans l’enclave palestinienne de Gaza… Une explication qui ne devrait pas tenir longtemps cependant, sachant le maillage et l’ultra surveillance du Shin Bet qui connaît chaque famille en Cisjordanie et  à Gaza…Il est paraîtrait donc normal, sur le plan éthique, que le  Journal fournisse un jour ces noms d’enfants gazaouis, sans attendre que ce soit l’ONG « Save the children » qui le fasse comme elle l’avait fait pour Bordure protectrice en 2014.( In memory of the 373 children killed in Gaza. 8 July-3August 2014). Une liste établie au 3 août, qui hélas devait compter au 24 août 2014 quelque 500 enfants morts et non 373…
Ne pas nommer les enfants palestiniens, c’est les considérer comme des « barbares », comme les Arabes considéraient les dénommés « Berbères », ceux qui ne parlent pas la même langue, et sont pour cette raison incompréhensibles, et considérés comme moins humains.
Un jour viendra, où, à l’aune de l’Histoire,  les Ashkénazes israéliens, piégés par les impasses du nationalisme et du suprématisme en viendront à imiter Barbara Cassin, philologue, helléniste, académicienne, déclarant: 
Je m’appelle Laure, Sylvie, Barbara, et à un certain moment j’ai choisi Barbara, et Barbara veut dire « blablabla », tout simplement, c’est comme « berbère ». Babel, c’est barbaros, le mot grec qui, alors c’est une onomatopée, baubauros, prononcé « au » comme dans Bauhaus.  C’est le langage de l’Autre quand on ne le comprend pas, et du coup, les barbares, on n’est pas tout à fait sûrs que ce soient des hommes, en tout cas des hommes comme nous, donc ça m’intéresse d’être du côté des barbares.
D’ici, là il est vrai , triomphe le pragmatisme de l’homo economicus, lequel fait que les dites démocraties occidentales demandant le « retour au calme » dans les Territoire palestiniens, ne demandent en fait qu’un retour au statu quo, à savoir tout au plus une colonisation en Cisjordanie et un siège de Gaza plus softs. Pour l’heure les échanges avec Israël sont au beau fixe, comme on le voit dans cet article d’orient XX1: 
https://orientxxi.info/magazine/les-entreprises-veulent-avoir-le-mossad-chez-elles,4708
Reste un allié inattendu, non humain, à savoir la terre elle-même, avec ce réchauffent climatique , un parmi de nombreux autres, selon la revue Nature,  mais qui concerne cette fois les décennies à venir, et qui pourrait chambouler les croyances de l’homo economicus et mettre à mal jusqu’à sa survie.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Révélations sur une usine à intox
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad avait réfuté « catégoriquement » ces accusations.
par Marine Turchi
Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal
En Pologne, Roumanie et Hongrie, le parcours du combattant des Ukrainiennes pour accéder à une IVG
Comme aux États-Unis, l’accès à l’avortement est compliqué, voire interdit en Pologne, mais aussi en Roumanie et en Hongrie. Ces pays frontaliers de l’Ukraine hébergent plusieurs centaines de milliers de réfugiées de guerre ukrainiennes sur leur sol, qui n’ont parfois pas d’autre choix que d’avorter dans un autre pays. 
par Helene Bienvenu et Marine Leduc

La sélection du Club

Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame