Jean Michel-Henry
Abonné·e de Mediapart

40 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 avr. 2022

Sous traitance de l'occupation. De la prison israélienne à la palestinienne

L'autorité palestinienne comme rouage sécuritaire essentiel pour Israël. La plupart des détenus qui sortent des prisons israéliennes après une détention administrative sont de nouveau arrêtés par les forces de sécurité palestiniennes, et inversement.

Jean Michel-Henry
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Suite aux attentats perpétrés ces dernières semaines en Israël, Frédéric Metezo demandait sur les ondes si l’Autorité Palestinienne avait bien encore la main, alors qu’elle était un rouage sécuritaire  essentiel pour Israël. Il ajoutait que le ministre israélien de la défense multipliait les contacts  avec ladite Autorité afin qu’elle agisse plus fortement encore.  « Rouage », une jolie appellation littéraire,  euphémisme pour ce qui s’avère être en fait une sous-traitance palestinienne de l’occupation israélienne. 
Pour en parler, Stéphanie Latte Abdallah, auteure de « La toile carcérale. Une histoire de l’enfermement en Palestine », livre nourri d’une enquête ethnographique d’une dizaine d’années, au cours desquelles elle a réalisé plus de 350 entretiens, et d’un travail mené à partir d’archives et de documents institutionnels.


 La « coopération » sécuritaire avec Israël, nous dit-elle, a certes été exigée par les autorités israéliennes, mais elle a également (oublieuse de la décision de rupture du Conseil législatif  de l’OLP en 2018), revêtu une fonction interne, à savoir contrôler indirectement l’opposition, la politique et la société en Cisjordanie en transmettant les informations idoines aux homologues israéliens. Une continuité matérialisée par le passage d’une prison à une autre. Ainsi apprend-on que la plupart des détenus qui sortent des prisons israéliennes après une détention administrative ( détention sans jugement ni preuves, renouvelable de six mois en six mois) ou pour appartenance à un parti autre que le Fatah sont de nouveau arrêtés  par les forces de sécurité palestiniennes et parfois condamnés pour les mêmes faits. Et qu’inversement , une période de détention en Cisjordanie peut être suivie par une incarcération en Israël, en vertu d’intérêts communs ou de la suspicion engendrée  par des périodes passées derrières les barreaux en Palestine, instituant ainsi un va-et-vient entre prisons israéliennes et palestiniennes , soit une double peine.
Un des Palestiniens interviewé par Stéphanie Latte Abdallah raconte : «  Ils ne disent pas que c’est politique, mais que ce sont des activités contre les Juifs ou bien du terrorisme. Les Israéliens appellent et disent, untel est actif, soit vous l’arrêtez, soit on le fait (…) il y a plein d’exemples comme ça".

Où l’on retrouve l’argument classique de l’occupant, transformant une question politique en question ethnique ou raciale, ou en terrorisme, un grand classique là aussi pour ne citer que ledit « terroriste » Nelson Mandela prix Nobel de la paix, ou plus proche, l’accusation d’antisémitisme pour toute critique du sionisme. Il y a beaucoup de coordination, dit un autre: "Parfois tu fais cinq mois chez la Sulta (police palestinienne) et puis tu es arrêté par les Israéliens, ils te donnent deux ans, et ils t’enlèvent ces cinq mois."
Autre moyen, la menace de diffamation auprès de l’entourage, notamment l’accusation de prostitution. Comme dit l’une des femmes interviewées par l’auteure : "De toute façon, pour tous les activistes, ils utilisent la réputation et les questions morales, sexuelles, pour les discréditer…."

Double peine à Gaza également,  à cause cette fois de l’isolement et de l’état de siège imposé par les autorités israéliennes qui, dit l’auteure, accroissent la dureté du temps passé en prison: encombrement judiciaire par manque de juges,  manque de place pour transférer les prisonniers non jugés, finances absentes qui obligent les familles à fournir nourriture, couvertures et médicaments pour garantir un quotidien décent.

Noeud et noyau du rhizome de contrôle, dit l’auteure dans le prologue de « La toile carcérale », la prison est devenue dès 1967 un espace clé pour comprendre et faire l’histoire de l’engagement en Palestine. Un va-et-vient permanent entre Dedans Dehors, peut – on dire, chaque famille vivant ou ayant vécu la détention de proches en Israël. Pour rappel, quelque 850 000 Palestiniens sont passés par les prisons israéliennes depuis 1967.  Car la prison n’est pas un ailleurs, il n’y a pas d’un côté la vie sociale palestinienne et de l’autre les prisons, la prison est partie intégrante, au même titre que, par exemple l’hôpital, ce lieu où là aussi  on entre et on sort, d’où le recours par l’auteure, aux termes Dedans Dehors, plus anthropologiques que conceptuels .

Où l’on voit, si besoin était, la perversité d’un système d’occupation, qui, doublé d’une entreprise coloniale de peuplement, transforme les autorités autochtones, en sous-traitants complices, en matière de répression de toute résistance au vol de la terre, au sein de leur propre population.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad conteste « avec la plus grande fermeté » les accusations et annonce une plainte en dénonciation calomnieuse.
par Marine Turchi
Journal — France
Opération intox : une société française au service des dictateurs et du CAC 40
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal
Le procès des attentats du 13-Novembre
Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.
par La rédaction de Mediapart
Journal — International
Massacre aux portes de l’Europe : des politiques migratoires plus mortelles que jamais
Vendredi 24 juin, des migrants subsahariens ont tenté de gagner l’Espagne depuis Nador, au Maroc, où des tentatives de passage se font régulièrement. Mais cette fois, ce qui s’apparente à un mouvement de foule a causé la mort d’au moins 23 personnes aux portes de l’Europe.
par Nejma Brahim et Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut