Jean Michel-Henry
Abonné·e de Mediapart

40 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 déc. 2021

Israël, l'impasse démographique.

Dans quarante ans, Israël sera le deuxième pays le plus densément peuplé du monde, juste derrière le Bangladesh, avec plus de 20 millions d’habitants en 2065, contre 9,6 millions en 2021 sur une superficie de 20 770 km2 , soit l’équivalent de deux fois le département français de la Gironde

Jean Michel-Henry
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Israël: L’impasse démographique.

Courrier international du 28 octobre, au 3 novembre 2021 s’interroge sur la capacité d’Israël à affronter le défi climatique et environnemental, mais aussi à juguler sa croissance démographique effrénée.Jusqu’à présent, est-il dit dans l’article, la solution privilégiée par Israël a toujours été la destruction d’espaces verts pour y bâtir de nouveaux quartiers résidentiels. Qui dit nouveaux quartiers , dit population croissante. Une question jamais abordée par les organisations écologistes ou organismes  gouvernementaux. Or, dit l’hebdomadaire sous la plume de Zafrir Rinat, « Dans quarante ans, Israël sera le deuxième pays le plus densément peuplé du monde, juste derrière le Bangladesh, avec plus de 20 millions d’habitants en 2065, contre 9,6 millions en 2021 sur une superficie de 20 770 km2 , soit l’équivalent de deux fois le département français de la Gironde (sans tenir compte de la Cisjordanie et de la bande de Gaza). Pour loger la population, les autorités israéliennes ont adopté, en 2017, un plan portant sur la construction de 2,6 millions d’unités de logement dans tout le pays, Cisjordanie incluse, dont 1,4 million d’ici à 2 040. »
Une mise en perspective par recours à l’histoire s’impose ici pour expliquer la densité actuelle de la population israélienne. Après l’assassinat d’Alexandre II en 1 881 et  les pogroms contre les juifs qui suivirent, plus de deux millions de  Juifs émigrent vers l’Occident et en particulier l’Amérique. Environ 4% choisissent comme destination la Palestine. Une disproportion qui, au passage, démystifie le narratif de la Déclaration d’indépendance d’Israël selon lequel les Juifs n’auraient eu de cesse pendant 2 000 ans de vouloir s’installer en Palestine. Il faut rappeler à cet égard que Théodore Herzl lui-même envisageait comme Judenstaat pour les Juifs d’autres lieux que la Palestine, notamment l’Afrique.  Il y a, pour en revenir au peuplement,  des Alias ( montées en Israël) successives, notamment après la déclaration de 1917 du ministre Balfour, notoirement peu judéophile, qui proposait l’installation d’un foyer juif en Palestine,( lieu stratégique pour la Grande Bretagne avec le canal de Suez, porte de l’Orient). Un peuplement qui, au moment du partage de la Palestine de 1947, se monte à 600 000 Juifs, pour 1 200 000 Arabes. Des chiffres vite dépassés par l’’émigration intensive qui a suivi la guerre israélo-arabe de 1848, l’émigration de quelque 600 000 juifs qui ont fui le panarabisme de Nasser, la guerre de 67, et plus tard l’arrivée d’un million de Russes après la désintégration de l’URSS au début des années quatre-vingt-dix. Pour parler d’aujourd’hui, d’après B’Tselem , il y avait en 2020, quelque 662 000 colons en Cisjordanie, dont 220 000 à Jérusalem-Est. A noter que le désir de peuplement des colons est tel que le taux de croissance est, dans les colonies, 68 % fois plus élevé que celui de la croissance des habitants d’Israël. Un peuplement, dont l’intention manifeste n’est pas de vivre, comme le faisaient les Afrikaners en Afrique du Sud, aux côtés des autochtones, même si de nombreux  Palestiniens travaillent en Israël et aussi dans les colonies, mais de les remplacer, comme le stipulaient déjà les lois israéliennes de 1950, interdisant aux réfugiés de 48 tout retour, et donnant aux immigrants juifs les terres des Palestiniens, qualifiés alors « d’Absents ». Au regard de la situation sur le terrain, la perspective jamais actualisée  d’une  solution à deux États, pourtant toujours évoquée, ne peut que servir la poursuite de l’occupation. Se référer à la ligne verte de 1967, par exemple,  n’a plus de sens, le Mur construit à partir de 2002 se déploie sur  quelque 750 km là où la ligne verte n’en fait que 330. Un allongement à dessein, qui avait pour but de faire des territoires palestiniens un archipel sans continuité territoriale. Ce qu’ils sont effectivement devenus. Ce, pour la raison qu’ Israël n’a jamais voulu négocier, et cela même sans l’intervention d’un tiers, alors que c’était là la condition qu’il posait pour le faire.. Un refus de négocier que commentait comme suit, Frédéric Encel à France Culture le 14 09 2011 : «Ça fait deux ans et demi, que le gouvernement israélien, aurait dû négocier. MM Abbas et S.Fayyad correspondent à un tandem rêvé par les Israéliens depuis des années. […] Israël a commis une erreur.»
Erreur? Un terme impropre, qui laisse penser sémantiquement à un accident de parcours ponctuel, et donc pas forcément récurrent, quand il s’agit en fait d’un refus constant, systémique même. Un refus nourri du rêve millénariste de faire venir les Juifs du monde en Israël. Sylvain Cypel, dans « l’Etat d’Israël contre les Juifs » rappelle à cet égard le spectacle honteux donné après les attentats à Charlie Hebdo et à l’’Hyper-Casher de Vincennes en janvier 2015. « Netanyahu avait alors immédiatement lancé de Jérusalem un appel aux Juifs de France à émigrer en Israël. Le surlendemain des attentats, une cérémonie avait lieu à la grande synagogue de Paris, en présence de François Hollande, de son Premier ministre Manuel Valls et de Netanyahu. Celui-ci fut accueilli dans une ferveur inouïe par ses partisans chantant à tue-tête Bibi roi d’Israël, transformant un moment de recueillement  en  mémoire des 17 victimes, en meeting politique de soutien à un Premier ministre en campagne ».. Limite d’une logique sioniste qui refuse de reconnaître que les Juifs sont susceptibles de se préoccuper du destin d’autres Juifs sans vouloir pour autant vivre avec eux une existence nationale… 
Ce que n’ont pas pu faire les Palestiniens, à savoir contenir la croissance démographique israélienne, c’est le réchauffement climatique et l’urbanisation extensive qui pourraient s’en charger. Pour exemple, souligne Zafrir Rinat, la ville de Modi’in, de 95 000 habitants, s’étendant sur 5 000 hectares, à cheval sur la ligne verte. Quant à la croissance démographique, elle est interrogée par Yehoshua Shkedy, dans ce même article: Il ne sera bientôt plus possible, dit-il,  d’éviter le débat  sur les défis posés par la politique ultra-nataliste d’Israël. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — International
Mais jusqu’où ira la Cour suprême des États-Unis ?
Après l’abrogation du droit constitutionnel à l’avortement aux États-Unis, une question traverse le pays : d’autres droits, comme le mariage homosexuel et même les relations sexuelles entre personnes de même sexe, sont-ils désormais menacés ? Éléments de réponse.
par Patricia Neves
Journal — Politique
Avoir un vrai scrutin proportionnel ? Il n’est jamais trop tard pour l’adopter
Malgré l’absence de majorité absolue à l’Assemblée, une réforme du mode de scrutin aux législatives serait toujours utile. Celui qui est en vigueur continue à produire des effets problématiques, tandis qu’un passage à la proportionnelle pourrait procurer des avantages supplémentaires. 
par Fabien Escalona
Journal — Énergies
Gaz russe : un moment de vérité pour l’Europe
L’Europe aura-t-elle suffisamment de gaz cet hiver ? Pour les Européens, le constat est clair : la Russie est déterminée à utiliser le gaz comme arme pour faire pression sur l’Union. Les risques d’une pénurie énergétique ne sont plus à écarter. En première ligne, l’Allemagne évoque « un moment Lehman dans le système énergétique ».
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
Pacification en Algérie
Témoignage d'un militaire engagé en Algérie ayant participé à la pacification engagée par le gouvernement et ayant rapatrié les Harkis de la D.B.F.M en 1962
par Paul BERNARDIN
Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale