Jean Michel-Henry
Abonné·e de Mediapart

40 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 janv. 2021

De la vaccination en Israël

Les champions du monde de la rapidité et de l’organisation, ceux qui font les choses exactement dans le bon ordre, agissent, pourrait-on dire, conformément à l’Ordre proposé par la loi de juillet 2018 sur l’Etat-nation, laquelle revient sur la Déclaration d’indépendance de 1948.

Jean Michel-Henry
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans le 18/20 du mardi 26 janvier, Fabienne Sintes proposait d’aller « voir chez ceux qui ont la réputation d’avoir fait les choses exactement dans le bon ordre. » S’adressant à Alice Froissard, elle disait: « Vous avez, en Israël, la réputation d'être les champions du monde de la rapidité et de l’organisation, et ça se vérifie toujours, apparemment ».


Une réputation pas volée, effectivement si l’on considère que la campagne commencée le 20 décembre a abouti à la vaccination d’un quart de la population israélienne. Réservée au début aux personnes âgées ou en première ligne, elle a été étendue aux quadragénaires et depuis peu aux seize/dix-huit ans, afin de permettre la tenue du baccalauréat et le processus de recrutement militaire . Une des raisons avancée pour expliquer cette célérité est qu’Israël a accepté de payer les doses du labo Pfizer, 22,70 euros, contre 12 à 15 euros dans l’Union européenne. Autre raison, le deal passé avec Pfizer, soit la livraison de millions de doses, en échange des données épidémiologiques des personnes vaccinées, un deal qui fait réagir certains Israéliens qui craignent que les données ne soient pas « anonymisées ». Troisième raison, enfin, le désir de Benjamin Netanyahu de voir la population entière vaccinée avant les élections législatives du 23 mars prochain.

Qui dit « occupant », dit occupé », en l’occurrence les restes de Cisjordanie non annexés, et la Bande de Gaza. On pouvait s’attendre à ce que le gouvernement israélien, respectueux de la quatrième convention de Genève qui rend l’occupant responsable sur le plan moral, humanitaire et juridique, des territoires qu’il occupe, donne aux populations de ces territoires un accès au vaccin.

Il n’en est rien, et certaines associations de défense des droits de l’homme dénoncent cette ségrégation. Une entorse au droit international d’autant plus choquante qu’il n’y a aucun problème géographique d’acheminement, puisque les colons disséminés à travers la Cisjordanie, et côtoyant les villes et villages palestiniens, sont eux, vaccinés. "Euh, eh bien non, disons que," «disait à ce propos Alice Froissard, parlant de la vaccination des Palestiniens. Ces derniers, ajoute-t-elle, "se sont tournés vers le programme Covax de L’OMS, qui permet un partage des vaccins, mais les procédures démocratiques sont longues et les vaccins ne seront sans doute pas là avant début mars. Le ministre de la santé palestinien affirmerait, lui, être en contact avec quatre laboratoires: astrazeneca, moderna, sinopharm, et spoutnik, le vaccin russe, qui pourrait arriver en premier." La question du délai d’arrivée est particulièrement préoccupante dans la bande de Gaza sous blocus israélien et égyptien, et qui aura besoin de la coordination d’Israël et de l’Autorité palestinienne pour faire entrer le vaccin.

Autre entorse, anecdotique, mais éloquente: des Israéliens seraient allés dans les hôpitaux des villes arabes d’Israël pour se faire vacciner parce qu’il y a plus de place et suffisamment de doses…

Les champions du monde de la rapidité et de l’organisation, ceux qui font les choses exactement dans le bon ordre, agissent, pourrait-on dire, conformément à l’Ordre proposé par la loi de juillet 2018 sur l’Etat-nation, laquelle revient sur la Déclaration d’indépendance de 1948 qui stipulait qu’Israël était résolument engagé à pratiquer la non-discrimination entre ses citoyens, et qu’il assurait à tous ses habitants une égalité des droits sociaux et politiques, sans distinction de sexe, de croyance, d’origine ethnique ou d’opinion politique. Le non-accès au vaccin pour les Palestiniens est donc une occurrence manifeste de la ségrégation invoquée et condamnée par le texte fondateur.

Incarnation de l’aristocratie sioniste, Avraham Burg, ancien président de la Knesset, de l’Agence juive et de l’Organisation sioniste mondiale vient de demander au gouvernement israélien de ne plus le considérer comme juif. En vertu de cette loi sur l’État nation, rappelle-t-il, un citoyen d’Israël qui n’est pas juif est assigné à un statut inférieur comparable à celui qui a été assigné aux juifs pendant des générations. Ce qui fut odieux pour nous dit-il, nous l’infligeons maintenant à nos citoyens non juifs. (En effet la loi sur l’Etat nation , en Israël,  semble bien être mise en application, ainsi que l’atteste le fait que   des municipalités  refuseraient d’accueillir dans leurs écoles des enfants palestiniens, et refuseraient aussi de les transporter pour qu’ils aillent dans une école arabe ailleurs.) Je suis un juif historique, rajoute Avraham Burg, je crois à l’égalité, à l’universalisme, à l’humanisme, aux droits des minorités. Ce nouveau judaïsme, qui dérive vers la démocratie illibérale, je n’en fais pas partie.
Dans son livre « Vaincre Hitler, Pour un judaïsme plus humaniste et universaliste », publié en Israël en 2007, Avraham Burg critiquait déjà le virage nationaliste et ethnique qu’avait pris le pays au cours des dernières décennies. Il s’opposait aux nouvelles «théories raciales juives» des extrémistes religieux et stigmatisait l’usage de la force militaire.

Lesdits champion du monde de l’organisation, dont parle Fabienne Sintes, sont donc aussi, selon l’auteur, des champions de la violation des textes fondateurs.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième méga-feu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal
Été de tous les désastres : le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Asssange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates américains ont déposé plainte contre l'agence de renseignements américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l'ambassade équatorienne de Londres alors qu'il été la cible d'une vaste opération d'espionnage.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
De Kaboul à Kyiv : femmes déchues de leur citoyenneté
[Rediffusion] Rien en apparence semble lier le sort des femmes afghanes à celui de leurs contemporaines ukrainiennes si ce n’est déjà la dure expérience d’une guerre sans fin. A travers leur corps de femme, peu importe leur âge, elles subissent une guerre menée contre leur statut durement gagné en tant que citoyennes ayant des droits, au nom d’une violence patriarcale que l’on espérait révolue.
par Carol Mann
Billet de blog
Russie, une guerre criminelle, une opinion complice ?
Une analyse du sociologue russe Lev Goudkov, qui démonte les leviers de la propagande du pouvoir russe et y voit l'explication du soutien passif, mais majoritaire apporté par la population russe à l'intervention militaire en Ukraine. Il ne cessera, selon lui, qu'avec un choc qui lui fasse prendre conscience des causes et des conséquences de la guerre, processus qui n'est pas encore engagé.
par Daniel AC Mathieu
Billet de blog
Quand la langue nous fait défaut
Les mots ne sont plus porteurs de sens, ils ne servent qu'à indiquer ce que l'on doit penser et ce qu'il est interdit de penser. La réaction du gouvernement français aux bombardements de Gaza le démontre une fois de plus.
par ekeland
Billet de blog
« Le canari dans la mine de charbon » : chronique annoncée de la crise du Sri Lanka
La grave crise économique que traverse le Sri Lanka, la suspension du paiement de la dette souveraine et le soulèvement populaire de 2022 ont attiré l’attention du monde entier. Le Sri Lanka est décrit comme le « canari dans la mine de charbon », c’est-à-dire un signe avant-coureur de l’avenir probable d’autres pays du Sud.
par cadtm