« Pire, après l’abolition de l’esclavage en 1848, des dédommagements ont été versés par l’État… aux esclavagistes des colonies pour compenser le manque à gagner. » écrit Carine Fouteau ici.

Ce raccourci qui se veut historique est aussi bête que « après avoir instauré les congés payés en 1936, l’Etat Français a imposé le port de l’étoile aux juifs en 1942 ».

MERCI AUX JOURNALISTES DE MEDIAPART DE PRENDRE DES COURS D'HISTOIRE!

Après les journées révolutionnaires des 22, 23 et 24 février 1848, Schoelcher a obtenu l'abolition de l'esclavage par décrets du Gouvernement provisoire. Dans l’urgence, un premier décret qui date du 4 mars permet à une commission de ce Gouvernement provisoire (il faut insister sur la précarité de ce gouvernement) de rédiger les décrets d’application de l’abolition. C'est une course contre la montre, avant l'élection de l'assemblée d'avril 1848. Certains révolutionnaires comme Schoelcher avaient conscience que les conservateurs reprendraient vite le pouvoir!

Les compensations d'avril 1849 sont votées sous la présidence réactionnaire de Bonaparte, le neveu du premier qui a rétabli l'esclavage dans les territoires d’outre-mer!

L’Histoire sans mise en perspective est une escroquerie intellectuelle, de la propagande au service d’une idéologie !

Depuis 1789 et ses Droits de l’Homme, une forte réaction politique portée par divers sensibilités idéologiques ou intérêts économiques, a essayé de rétablir des privilèges d'un autre âge, de lutter contre l’émancipation des gens et des consciences, contre la vulgarisation des savoirs. La famille Bonaparte, notamment, a servi cette réaction et il s’est trouvé des milliers d’opposants tout au long des XIXème et XXème siècles qui ont payé parfois très cruellement leur engagement..... Les combats des Blanqui, Raspail, Vallès, Schoelcher, Louise Michel, Gambetta, Clémenceau, Delescluze, Jaurès, Blum, Lucie Aubrac, Jean Moulin, etc.... n'ont-ils pas comptés, ne sont-ils pas ceux dont on peut être fier?

Les rendre ainsi complices de leurs bourreaux par des raccourcis imbéciles est particulièrement navrant.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.