jean monod
ethnologue et débroussailleur
Abonné·e de Mediapart

90 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 nov. 2014

jean monod
ethnologue et débroussailleur
Abonné·e de Mediapart

Les nouveaux boucs émissaires

Surprise de lire dans un journal bien-pensant un article qui déplore ce qui s'est passé au Testet et le met sur le compte du « pourrissement de l'Etat ». Etonnante audace ! Malheureusement l’article conclut sur « les casseurs qui en profitent ».

jean monod
ethnologue et débroussailleur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Surprise de lire dans un journal bien-pensant un article qui déplore ce qui s'est passé au Testet et le met sur le compte du « pourrissement de l'Etat ». Etonnante audace ! Malheureusement l’article conclut sur « les casseurs qui en profitent ».

Les casseurs faisant le jeu de la répression, tout ce qu’il y a à en dire c’est qu’ils sont infiltrés ou tolérés par la police [1].

En ville, c’est facile. Mais quel groupe pourrait s’infiltrer dans un collectif luttant sur place depuis des années et y campant depuis des mois ?

Finalement j'ai l'impression que Rémi Fraisse est mort de racisme.

De ce racisme qui ne sait plus très bien où se fixer depuis qu'on ne peut plus être pro-palestinien sans être taxé d'antisémitisme, anti-mariage pour tous sans être accusé d'homophobie, anarchiste sans être fiché terroriste, et défenseur de la terre sans être assailli par des forces armées.

De ce racisme en quête de nouvelle cible… et d’absolution. Une majorité se retrouvant aujourd’hui dans la soumission, ce racisme indécis a fini par retomber sur les jeunes qu'on appelle maintenant « anticapitalistes » comme si c’était la dernière infamie, pour ne pas voir que ce sont des jeunes qui ne veulent pas d’une industrie qui détruit la planète, d’une société qui en est complice, et d’un Etat qui s’associe à d’autres Etats  pour organiser le passage en force d’une politique d’asservissement mondial.

« Je n’accepte pas de violence dans la République », a déclaré le président de la République cinquante deux jours après le début du déchaînement de la police et quatre jours après de le tir meurtrier d’un de ses agents [2].

C’est aussi notre avis.

Au Testet on a vu au fil des dernières semaines monter un débat entre ceux voulaient riposter à la violence de la police par une contre-violence, et ceux qui ne le voulaient pas. Tout le monde avait voix au chapitre. Les nouveaux arrivants étaient accueillis dans les assemblées de plein droit. Pendant plusieurs mois, vivant et campant dans une franche réciprocité avec les paysans de l’endroit, dans la vallée du Tescou aujourd’hui réduite à un champ de ruine, la liberté de parole a été conduite avec une telle maîtrise que les provocateurs n’avaient aucune chance ni les opportunistes à quelque prise de pouvoir que ce soit.  

Passé en une nuit de la vie à une mort qui l'a sorti de l'anonymat, Rémi est devenu l'emblème de ces jeunes que la société bien-pensante « ne comprend pas », avec leurs dreadlocks, leurs tatouages, leurs chiens, leur façon d’aimer la vie et toutes ces coutumes qui paraissent bizarres vues de loin. Ces coutumes sont ancrées à des valeurs de partage et de réciprocité.

Du racisme ambiant nouvellement ciblé au regard méprisant du flic et à son gant armé, il y a la continuité des encouragements de l'Etat qui persiste à mettre sur le compte de « casseurs » la violence qu'il a fait lui-même régner pendant sept semaines au Testet. De ce racisme et de cette violence poussée le 26 octobre jusqu'au meurtre, l'Etat, qui se vante de tout pouvoir, mais pour toute réponse, quand des jeunes lui demandent de ne pas détruire une forêt, leur envoie la force armée, porte une écrasante responsabilité.

« Je demanderai à être jugé sur ce que j'ai fait pour les jeunes », a dit François Hollande le jour où il a pris ses fonctions de président de la République.

En attendant il y a en France 22  ZAD, 22 Zones A Défendre [3].

 ***

Informations complémentaires

Collectif pour la défense de la zone humide du Testet http://tantquilyauradesbouilles.wordpress.com/

Sur Rémi Fraisse https://tantquilyauradesbouilles.files.wordpress.com/2014/10/texte.pdf

Terreur d'Etat au Testet, nuit du 25 au 26 octobre https://www.youtube.com/watch?v=9n4BWYNcFrk


[1] "Les Black Blocks parlons-en" http://www.reporterre.net/spip.php?article6516

[2] Sans compter les déprédations commises depuis des mois par la police et les encouragements qu'un pareil déchaînement constituait à des opérations coup de poing avec l’assurance de l’impunité par les partisans du président du Conseil Général du Tarn. 3 septembre : http://www.lelotenaction.org/pages/content/archives/zad-du-testet-le-point-en-ce-jeudi-4-septembre.html  L’historique complet : https://www.youtube.com/watch?v=92_TeKgVQEE

[3]  Les Grands Projets Inutiles se bâtissent aujourd’hui à coups de grenades. Ci-joint la carte des résistances : http://www.reporterre.net/spip.php?article6215

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Journal
Morts aux urgences, pédiatrie sous l’eau, grève des libéraux : la santé au stade critique
Covid, grippe, bronchiolite : l’hôpital public vacillant affronte trois épidémies. En pédiatrie, dix mille soignants interpellent le président de la République. Côté adultes, les urgentistes ont décidé de compter leurs morts sur les brancards. Et au même moment, les médecins libéraux lancent une grève et promettent 80 % de cabinets fermés.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon