ETATS, RELIGIONS ET CATASTROPHES 6 Les Français, un peuple à réinventer

« Les Français se sentent peu faits pour se gouverner eux-mêmes. Aussi ont-ils entièrement remis leur liberté et leur volonté aux mains de leur roi. » Marino Cavalli, 1546.

     Une vidéo signée « ANONYMOUS » court depuis quelques jours sur la toile [1].

     Le peuple de France y est appelé à faire la révolution. Cet appel vibrant se conclut par un éloge du présidentialisme éclairé.

     Bas les masques !

     L'appel à l'élection d'un « président intelligent » pour constituer un « gouvernement provisoire » le temps « que le peuple récrive la constitution », et tous les peuples du monde « s'y rallieront d’enthousiasme », est fumeux. De la Révolution constitutionnelle au bonheur universel, et l’empire financier baissera les armes ? Si on y arrive, fin de la guerre, le combat politique ne fera que commencer [2].

     Pourtant le début avait du bon. Le désastre vers lequel nous courons est exposé avec éloquence. Le dispositif est efficace. « ANONYMOUS » marque de sa griffe une critique commune à tous ceux que révolte - et sidère - la spirale dilapidatoire du gangstérisme financier avec Rothschild & Rockefeller en ligne de mire.

     Malheureusement ou heureusement il ne résulte pas de cette critique un seul plan d’action. L’appel à la révolution est le plus irresponsable, compte tenu de la puissance de feu des Etats rappelée au début de la vidéo. Une tentative de révolution, calquée sur un cliché historique et menée par une fraction d'un peuple qui ne se serait pas reconstitué, ne mènerait à rien de bon. Qui ne voit que le gouvernement n’attend qu’une bavure populaire pour se durcir encore plus ?

     Il est vexant de n’être qu’une masse. Pour un peuple réduit à cette extrémité, la question ramenée à son point de départ est de se reconstituer. Une telle reconstitution a pour condition que la liberté politique soit ressentie dans la masse comme une nécessité. Est-ce ce que les Français ressentent aujourd’hui majoritairement ? Manifestement non.

     Serait-ce le cas, pour sortir de leur condition de masse, ils devraient remplir une autre condition : se connaître et s’accepter dans toutes leurs composantes. Est-ce à un  pareil travail de reconnaissance que nous assistons ? Evidemment non.  Combien de Français savent-ils qu'un tiers d’entre eux est issu de l'immigration? Ils n'ont conscience de leur unité que par le sommet qui les leurre. Ils ont beaucoup plus conscience de leurs divisions que ce même sommet s'emploie à attiser par la force des lois. Ils ont un grand travail à faire sur eux-mêmes avant de pouvoir dire d'une seule voix : "Nous, le peuple français." Cela pourrait être l'affaire de plus d’une génération. Il n’en est pas moins urgent d’éclaircir quelques notions.

     Partout où un  Etat s’est imposé, le peuple est à réinventer. Entreprise particulièrement difficile pour les Français, qui « se sentent peu faits pour se gouverner eux-mêmes. Aussi, ajoute l’ambassadeur vénitien du XVI siècle à qui nous devons cette réflexion, ont-ils entièrement remis leur liberté et leur volonté aux mains de leur roi [3]. »

     Sans doute ne sommes-nous plus au temps de François Ier. Entre la Royauté et la République il y a eu la Révolution… et l’Empire. Vieille démangeaison ! Les Français n’ont-ils pas plébiscité par une majorité de votants l’attribution de pouvoirs monarchiques au « tribun » François Hollande, dans le respect (ou l’ignorance) de la Constitution ?

     « ANONYMOUS » fait remonter la République à la Révolution. C’est une vue un peu courte de l’histoire. Ils en attribuent l’invention à  Machiavel. C’est oublier Rome, ce qu’eut garde de faire Machiavel. Je n’ai pas retrouvé la source de la citation qu’en donne la vidéo  : "La République garantit le pouvoir par la corruption. Celui qui détient l'argent aurait donc tous les pouvoirs, si les nations adoptaient la République. »  Il me semble que Machiavel est plus fin que ne le suggère cette citation [4].

     La corruption contient le principe de sa propre destruction. La corruption  vient des cadavres d’où vient l’argent :  logique de meurtre. Plus elle se répand, plus il y a des chances que l’empire s’effondre et que des « barbares » s’en disputent les débris en une suite d’invasions, quitte à se voir opposer d'imprévues résistances.

     Tite-Live n'avait pas vu venir les invasions, mais au temps de l’apogée de Rome il en avait diagnostiqué le mal. Après avoir stigmatisé « l’amour de l’argent »,  il écrit : "La richesse a introduit la convoitise et l'afflux des plaisirs ainsi que le besoin de se perdre dans le  luxe et la débauche et de tout entraîner dans sa perte [5]." 

     Où a-t-il dit (ou est-ce Tacite?) qu’avec son excès de puissance, Rome avait créé l'instrument de sa propre destruction [6] ?

     Ce n'est pas la République qui est la cause de tout cela, c'est le système des Etats unis pour dominer le monde.

     On verra comment ils le dominent au prochain cataclysme !

 

 


[1] https://www.youtube.com/watch?v=Ob1SVHhAQ74 « Anonymous #OpParis Concorde 10 Juin 2016 La France prend son destin en main »

[2] C'est le corollaire de la définition de Clausewitz citée dans mon précédent billet : "En tant que mobile initial de la guerre, la fin politique sera donc la mesure aussi bien de l'objectif à atteindre par l'acte militaire que des efforts nécessaires."  De la guerre, I, 11 : C'est alors que les fins politiques réapparaissent. (La suite du paragraphe sur les rapports entre peuples, Etats et masses, vaut le détour.)

[3] Marino Cavalli, "Relation de 1546", cité par Jean Delumeau, "Renaissance et discordes religieuses, 1515-1589", in Geoges Duby, Histoire de la France des origines à nos jours, Larousse, 1970, p. 380.

[4] A ce propos je me permets de renvoyer à mon analyse de Machiavel dans le chapitre XIII "Prééminence de la vertu"  d'Ouranos ou les 3 fonctions de la religion dans l'Etat, ABC'éditions, 2015.

[5] Histoire romaine, Livre I, Préface.

[6] Tacite je crois, qui montre aussi pourquoi, plus un Etat est corrompu, plus on y fait des lois de force. Annales III, XXVII.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.