Trop beau !

TROP BEAU !!!

 

On a pensé qu’avec la mise en place d la Convention Citoyenne pour le Climat E. MACRON avait enfin compris que les citoyens étaient assez matures pour avoir des idées et pouvaient proposer des solutions.

On est allé un peu trop vite, car pour ne pas que ces citoyens aillent chercher des solutions qui pourraient être contraires aux orientations gouvernementales, on leurs a adjoint des « conseillers » chargés de les encadrer et de les cornaquer. Il ne faudrait pas que ces ludions remettent en cause la doxa présidentielle dans le domaine de la transition écologique et clairement définie dans sa lettre aux français du 19 janvier 2019 quand il écrivait qu’il ne fallait pas que la question de la biodiversité pénalise pas nos agriculteurs et nos industriels.

Pour ne pas que cela arrive, les 150 tirés au sort sont encadrés par douze experts. Parmi ceux-ci Mme PISSOT-COLLE, lobbyiste des entreprises minières, partisane de la réouverture des mines en France et de l’exploitation de la « montagne d’or » en Guyane. Elle est également salariée (160 000,00€ en 2018) par le groupe minier ERAMET présent sur les cinq continents avec un chiffre d’affaires de près de 4 milliards d’euros en 2018 et membre du MEDEF. Il serait étonnant qu’elle prenne des positions contraires aux intérêts de son employeur.

Selon la lettre de mission que leurs a adressé E. PHILIPPE, ces experts sont chargés de « superviser la mise en œuvre et la méthode de travail ». Quand on met face à face des citoyens lambda et des experts de haute formation, il y a forcément un déséquilibre. La démocratie participative a tout de même des limites !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.