Borné ou incompréhension

Lors de sa tournée alpine et confronté à la forte pollution de la vallée de l'Arve...

BORNÉ ou INCOMPRÉHENSION ?

 

Lors de sa tournée alpine et confronté à la forte pollution de la vallée de l’Arve, E. MACRON a déclaré qu’il ne pouvait interdire aux camions de passer et qu’il fallait une décision européenne.

Confrontée au même problème, la Suisse a pris des décisions radicales sauf que la Suisse n’est pas membre de l’UE ce qui ne nous avait pas échappé. Le problème réside dans l’idée que l’on se fait de l’Europe.

Notre Président n’a pas encore été effleuré par l’idée que pour bien fonctionner et donner uin avenir à l’Europe, il faut admettre qu’il y a plusieurs niveaux de responsabilité, de décision et d’action : - niveau local avec les régions, niveau national et enfin niveau européen.

C’est en passant par cette évidence que nous pourrons construire cette UE actuellement encalminée.

La pollution des vallées alpines est en priorité du ressort de la région concernée, puis du pays et éventuellement de Bruxelles pour une contribution financière.

Cette manière de botter en touche de la part d’E. MACRON nous apprend qu’il est toujours profondément jacobin ce qui est un frein à l’avancée de l’UE en dépit des gesticulations, et qu’il est toujours respectueux de la doxa qui veut qu’ « il ne faut pas nuire aux intérêts des entreprises ».

Or orienter le trafic routier vers le ferré, ou subventionner le remplacement des camions actuels par des véhicules fonctionnant au GNV pour les longs trajets et électriques pour les dessertes locales, est tout à faut dans les cordes des acteurs locaux voire nationaux et tout à fait favorable à nos transporteurs. Rappelons à ce sujet que la Chine développe à grande vitesse la fabrication de camions électriques et parce que nous ne nous y intéressons pas, nos entreprises devront acheter chinois. Idem pour les autobus urbains.

 

J.M. 13.02.20

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.