Et si Mélenchon avait raison

Force est de constater que les procédures judiciaires engagées contre La France Insoumise...

ET SI MÉLENCHON AVAIT RAISON  ???

 

 

Force est de constater qu’en ce qui concerne les procédures judiciaires engagées à l’encontre de La France Insoumise, elles ont été nettement moins soft et plus nombreuses que contre les autres partis comme le MODEM ou même le RN et on peut pour le moins s’en étonner.

Mais l’accusation d’une justice politique sous entendue par le leader de LFI a d’autres aspects comme la formidable lenteur dont la Justice sait faire preuve dans certaines affaires comme pour l’emblématique dossier BALLADUR commencé il y a trente ans et qui se ballade toujours sur les étagères du Ministère de la Justice. On peut même se poser la question si la proximité entre le principal concerné et la franc-maçonnerie n’est pas pour quelque chose dans cette lenteur dont le moins que l’on puisse dire est qu’elle est suspecte. Peut-être que l’on attend une clôture « naturelle » de ce dossier ou tout simplement que le temps atténue fortement la gravité des faits reprochés à l’ancien premier ministre.

Cette lenteur suspecte est également à constater dans le dossier BENALLA car si le couple de jeunes gens agressés par l’ancien conseiller présidentiel a été jugé et condamné en quasi flagrance, il n’en est pas de même en ce qui concerne le garde du corps d’E. MACRON qui continue de se la couler douce. Il est vrai que son ancienne position et la protection présidentielle dont il jouissait ne sont pas propice à un jugement rapide, car cela aurait inévitablement un rejaillissement sur le locataire de l’Elysée ce que ce dernier ne peut accepter car 2022 s’approche à grands pas. Pour « épargner » le Président il aurait fallu juger A. BENALLA tout de suite ou reporter le jugement après les présidentielles de 2022. On verra ce qu’il en sera.

Oui, il est possible que la Justice de notre pays tienne un peu trop compte des impératifs purement politiques.

 

  1. M. sept. 2019

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.