Les raisons profondes

Les caisses vidées

RAISONS PROFONDES

 

Dès les premières semaines de son mandat Emmanuel MACRON a vidé les caisses de l’Etat. Il a supprimé l’ISF, instauré une Flat Tax et supprimé la Taxe d’Habitation. Puis il a continué en défiscalisant et désocialisant à tour de bras et en baissant l’Impôt sur le Revenu.

Comme on peut le voir, toutes ces mesures relèvent de la pure démagogie, car il avait le choix entre s’attaquer aux recettes ou aux dépenses c’est çà dire s’attaquer aux frais de fonctionnement de l’Etat.

Non, il a préféré prendre des mesures sur lesquelles aucun gouvernement n’osera revenir et ce n’est pas gratuit ! Si une partie de nos concitoyens ne paiera plus d’impôt sur le revenu, ce n’est pas pour autant qu’ils vivront à Monaco ! Le résultat de cette politique en est, pour commencer, un nouvel accroissement de la dette de la sécu que l’on pensait pourtant comblée pour 20020 !

 

En faisant ces choix il fait en réalité un choix de société, il met en débet le budget de l’Etat ce qui lui permettra de jouer sur les caisses vides pour imposer des mesures que les français rejetteraient autrement, comme les privatisations de grands pans de notre économie.

 

Ainsi, là où les pays mieux gérés que le notre ont créée des fonds souverains abritants les participations de l’Etat afin d’avoir des rentrées financières garanties et régulières hors impôts, il a préféré vendre et privatiser les nôtres comme ADP, FDJ, l’exploitation de nos barrages ou encore en se désengageant de RENAULT.

En passant, ces opérations nous montrent à l’évidence que nos politiciens n’ont toujours pas compris qu’un passage à l’ENA ne leur donne pas une compétence en matière de gestion économique et surtout pas en matière de direction d’entreprises, ce qui est confirmé par les désastres d’ASCOVAL, ALSTOM / GE et autres et par la toute récente intervention de Bruno LEMAIRE au sujet de la participation de l’Etat au capital de RENAULT.

Les Fonds Souverains ne doivent être gérés que par des professionnels et de préférence par les l’Etat devant se contentant d’un rôle d’actionnaire silencieux. Mais c’est trop demander à nos énarques qui se croient tout puissants et omniscients ! L’implication de l’Etat dans le fonctionnement au quotidien de nos entreprises n’est pas une bonne chose, loin de là. Il n’y a qu’à voir sa lâcheté lorsqu’il faudrait sanctionner celles qui ne respectent pas leurs engagements, et son incompétence lors de la signature d’accords débouchant sur l’attribution de subventions d’Etat ! L’Etat doit par contre défendre nos entreprises lorsqu’elles sont attaquées comme par exemple par les USA lorsque ceux-ci décrètent unilatéralement des sanctions mondiales contre d’autres Etats comme contre l’Iran ou Cuba.

 

En réalité notre président, fidèle aux théories économiques de Milton FRIEDMANN qui lui ont été inculquées pendant ses stages chez les « Young Leaders », veut tout simplement privatiser au maximum notre économie et pour cela il met en place une sorte d’irréversibilité en fléchant la solution vers l’abandon du service public au profit des « délégations de service public » au profit de société privées commerciales. Si les actionnaires de ces sociétés en tireront leur miel, et de bons dividendes, par contre leurs employées connaîtront une paupérisation et un tassement général vers le bas.

Dans quelques années la SNCF sera privatisée en dépit des assurances du Gouvernement cars ce qu’un loi a fait, une autre peu le défaire et c’est cette privatisation à venir a été prévue en modifiant dès le début du mandat en cours le statut de cette société. L’Éducation Nationale va vers un accroissement sans précédent des enseignants et agents contractuels, la Santé et la Dépendance vont vers la privatisation au profit des « complémentaires » qui sont de plus en plus des émanations du secteur de la bancassurance, voire de société d’investissement qui ont flairé depuis longtemps les profits à tirer de ces malades et de ces retraités dont la combativité a été émoussée par les ans.

 

En dissociant EDF en deux composantes on prépare la privatisation de la partie non nucléaire et cela va commencer par la mise à prix de l’exploitation de nos barrages.

Le contrôle routier est déjà confié à des sociétés privées pour ce qui est des voitures avec radars embarqués.

Les conseillers techniques nationaux sportifs vont perdre leur statut car dans le monde du sport il y a aussi de gros bénéfices à se faire. Il n’y a qu’à voir les sommes colossales qui sont distribuées par les sponsors et pour les droits de diffusion sans parler de la fourniture des équipements ce qui fait que nos fédérations et nos sportifs seront dans la main qui les nourrit !

Bien entendu tout cela se fait dans le cadre de la longue entreprise de démenbrement du programme mis en place par le Conseil National de la Résistance le 15 mars 1944 en remplaçant l’esprit de solidarité qui prévalait, par un individualisme mercantile.

 

Le fait que personne au niveau européen ne lutte contre ces paradis fiscaux que sont le Luxembourg, les Pays-Bas, l’Irlande Malte, Chypre et bientôt très certainement la Grande Bretagne, montre qu’il n’y a aucune volonté politique de faire une Europe politiquement, économiquement et militairement puissante et un des éléments en est la soumission des pays européens a à la toute puissance des tribunaux arbitraux mis en place par les accords internationaux que nous avons signés comme le CETA.

 

Comme nous l’avons déjà écrit, E. MACRON fait comme CORTES lorsque celui-ci a débarqué au Mexique, il brûles se vaisseaux pour empêcher tout retour en arrière et cela nous coûte en année pleine environ 100 Mds !!!

 

Juin 2019

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.