Le pays est malade

Depuis de nombreuses décennies la France est pensée et gérée par des technocrates souvent issus de l'ENA mais pas que.

LE PAYS EST MALADE !

 

Depuis de nombreuses décennies la France est pensée et gérée par des technocrates souvent issus de l’ENA mais pas que. En province, les jeunes pousses de la Haute Administration font leurs gammes espérant décrocher un jour le Graal, un poste dans un cabinet ministériel ou au pire, la direction d’une administration d’Etat. Pour y arriver, ils sentent le vent et agissent en conséquence afin de toujours être « dans la ligne », rester dans le « main stream » gouvernemental du moment.

Alors on sabre, on propose des suppressions de postes ou d’antennes locales, de lits d’hôpitaux, de bureaux de postes, de gares, de tribunaux etc.

Or ces étoiles de la Haute Fonction Publique oublient, si tant est qu’ils l’aient su, qu’il existe un seuil de viabilité en dessous duquel la vie de nos concitoyens, de nos bourgs et campagnes se meurt. Pour régler un problème purement comptable, on amplifie et on accélère le phénomène d’abandon dont souffre une partie de notre pays. C’est comme le corps humain dont des parties peuvent se scléroser et mourir dès lors que la circulation sanguine y fait défaut et ne les irrigue plus.

Peut-être serait-il temps que l’on reprenne les conclusions de la grande enquête macronienne de 2016, les conclusions du Grand Débat National, le relevé des demandes des Gilets Jaunes, et qu’on redéfinisse ce seuil de viabilité qui devrait servir d’ossature pour la France du 21ème siècle.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.