URGERNCES

Suite à la canicule de 2003..

Monsieur le Président,

 

 

Suite à la canicule de 2003, j’avais proposé aux autorités de l’époque, la mise en place d’une « réserve de santé » à l’instar de ce qui existe à l’Armée et les problèmes que connaissent les urgences cette proposition est toujours valable et d’actualité.

 

Destinée à faire face aux pics de demande de soins et de prise en charge, elle serait composée des jeunes retraités de la Santé, personnels médicaux et paramédicaux mais aussi administratifs.

Afin d’éviter d’en faire une usine à gaze, spécialité bien de chez nous, il ne devrait y avoir qu’un seul grade par catégorie et la rémunération serait forfaitaire et à la vacation.

Durant cinq ans après leur départ à la retraite, ces personnels seraient versés d’office dans cette « réserve de santé », sauf bien entendu problèmes de santé. Elle pourrait être activée en fonction des besoins de tous les services et permettrait de faire baisser la pression que subissent les personnels et par contre coup les malades.

 

Vous trouverez en PJ copie de la lettre d’un élu de l’époque à qui j’avais fait parvenir cette proposition.

 

Mais si on veut vraiment régler le problème actuel de la Santé et en particulier celui rencontré par les Urgences, il faut impérativement faire sauter les bouchons qui se trouvent en aval de ce service et qui sont à l’origine de ce véritable scandale que sont les brancards qui encombrent les couloirs avec des patients qui attendent un lit disponible. C’est indigne de notre pays !

 

Si les urgences sont disponibles en 24/24, il faut impérativement que les services en aval le soient aussi ce qui bien entendu nécessite une refonte approfondie du fonctionnement de l’Hôpital.

 

 

Avec l’expression de mes meilleures salutations.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.