Qui protège Edouard?

Après les BALKANY, MELREN?CHON, bientôt FILLON et SARKOZY passeront devant les juges et c'est ...

QUI PROTÈGE EDOUARD ???

 

 

Après les BALKANY, MELENCHON, bientôt FILLON et SARKOZY passeront devant les juges et c’est une bonne chose pour la Justice et la démocratie.

Et pourtant depuis plus de 25 ans Edouard BALLADUR semble échapper à son procès alors que l’affaire à débutée il y a 30 ans par le dossier des rétro commissions suivi par celui du financement de la campagne présidentielle de 1995 lui aussi à la traîne, prenant la poussière sur les étagère du Tribunal!

Quelles que soient nos orientations politiques, nous devons nous insurger devant une telle lenteur qui semble programmée et entretenue, comme si l’ancien Premier Ministre avait un ange gardien perché sur son épaule et nous devrions tous nous interroger sur cette mansuétude dont il bénéficie.

On peut la rapprocher, toutes proportions gardées, de celle dont bénéficie A. BENALLA dont les manquements sont pourtant largement antérieurs à la colère mélenchonienne et on doit aussi constater que si les gilets jaunes ont été condamnés et parfois emprisonnés avec célérité, jusqu’à ce jour aucun policier ou gendarme n’a été mis en examen et encore moins condamné. Pas même de sanctions administratives. Pour les premiers on tape vite et fort tant que les faits sont chauds et pour les autres on attend que le temps fasse son affaire et édulcore les faits, justifiant ainsi d’éventuels classements sans suite ou des peines symboliques.

Le citoyen lambda est en droit de s’interroger sur l’existence d’une Justice à plusieurs vitesses. Pour les uns elle utilise le plus petit plateau disponible, pour d’autres le plus grand et pour Edouard, il semble bien que la chaîne soit cassée !

Nous ne devons jamais oublier que les Procureurs de la République sont sous l’autorité de la Garde des Sceaux, ce qui explique peut-être certaines choses.

 

  1. M. sept. 2019

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.