Démission à tous les étages

DÉMISSION À   TOUS   LES   ÉTAGES !!!

 

Une centaine de députés LREM s’agite dans les couloirs du Palais Bourbon et ailleurs, afin d’autoriser à nouveau la vente de boissons alcoolisés dans les stades ce qui porterait un coup fatal à la Loi EVIN déjà sérieusement mise à mal, en particulier depuis le passage d’E. MACRON à BERCY. Ce projet favorisera une augmentation de la violence dans et autour des stades et porterait un coup quasi fatal à la lutte contre l’alcoolisme sans compter l’augmentation des accidents routiers en sortie de matchs.

Cette reculade est largement favorisée par la position présidentielle sur la question et on se souvient de sa phrase au Salon de l’Agriculture « il ne faut pas emmerder les Français », oubliant les 49 000 morts annuels et le coût pour la Sécu de la lutte contre l’alcoolisme et ses conséquences.

Dans cette marche arrière on trouve la patte d’Audrey BOUROLLEAU, ancienne salariée du groupe « Baron de Rothschild » et ancienne déléguée générale de «Vins et Société » le groupe de lobbying des alcooliers français, qui a suivi E. MACRON de Bercy à l’Elysée.

Dans un autre domaine, c’est Pole Emploi qui propose des emplois au rabais mais avec des annonces alléchantes pour des sociétés qui pratiquent l’uberisation à fond tout en prévenant que pour occuper ces emplois il faut prendre le statut d’auto entrepreneur ce qui fera diminuer le chiffre du chômage…objectif recherché et avoué.

Quand L’Etat fait la promotion des « petits boulots » et de la paupérisation de notre société, il devient urgent de s’en inquiéter car c’est tout notre modèle qui est remis en cause et cela annonce une priorité donnée à la consolidation des marges des entreprises, souvent étrangères, et à la distribution de dividendes.

Pendant ce temps, dans les bureaux de Bercy, on met la dernière main aux arbitrages budgétaires qui avec la baisse des impôts souhaités démagogiquement par de nombreux élus de tous bords, nous amènera vers une vaste campagne de privatisation de notre société.

Le Gouvernement organise sciemment l’attrition de ses moyens budgétaires tout en organisant en parallèle un transfert vers le secteur privé et rien n’y échappera, pas même la sécurité, pour ce qui est de la santé, c’est déjà largement en cours.

On nous entraîne vers un libéralisme destructeur de notre passé, de notre présent et, plus grave, de notre avenir en le bradant aux intérêts mercantiles si chers à notre Président.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.