Déculottage

On se souvient des propos bravaches de notre ministre de l'économie Bruno LEMAIRE quand il avait annoncé la mise en place de la taxe GAFAM....

DÉCULOTTAGE

 

On se souvient des propos bravaches de notre ministre de l’économie Bruno LEMAIRE quand il avait annoncé la mise en place de la taxe GAFAM qui devait compenser (un tout petit peu) l’optimisation fiscale pratiquée par ces multinationales. Il a suffit que Donald TRUMP fronce les sourcils pour que la France fasse preuve de « bonne volonté ». On ne la retire pas la taxe GAFAM, on la suspend. Le tout est dans la nuance langagière afin de ne pas perdre la face. Pourtant on se souvient des déclarations du ministre « la France ne cèdera pas …elle (la taxe) sera mise en œuvre en 2019 ».

On peut aussi constater que l’exécutif est très rapide pour céder devant les menaces américaines, beaucoup moins que pour céder à la demande de retrait de la réforme des retraites. On ne peut céder à tout le monde, alors autant le faire pour protéger nos industries du luxe au sens très large .Une fois encore, c’est la mise en œuvre de la devise présidentielle « faible avec les forts et fort avec les faibles ! ».

L’affirmation comme quoi la taxe GAFAM n’est que remise ne vaut rien, est juste un élément de langage qui sera décliné dans tous les médias car les pays pris individuellement ne peuvent résister aux menaces américaines et l’Union Européenne n’a aucune réelle existence politique pour faire front. Elle s’est déjà déculottée dans le dossier du nucléaire iranien en se faisant imposer par D. TRUMP de le suivre dans la mise en œuvre des sanctions, alors même que les USA ne sont mandatés par personne sinon eux-mêmes, pour imposer des sanctions à la terre entière. C’est le coup de la deuxième guerre d’Irak qui se rejoue sauf qu’à l’époque la France a su faire preuve de fermeté en refusant de se joindre au va-t-en guerre américain. Il semble bien que D. TRUMP ait réussi sa vassalisation de l’Europe !

 

J.M. 22.01.20

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.