glyphosate

Ces jours-ci un maire a été traduit devant le Tribunal administratif...

GLYPHOSATE !!!

 

 

Ces jours-ci un maire a été traduit devant le Tribunal Administratif pour avoir pris un arrêté interdisant l’utilisation du glyphosate dans un rayon de 100m autour des habitations de sa commune et ceci en vertu du principe de précaution.

Le Préfet, représentant de l’Etat, lui dénie cette autorité alors même que les Maires sont poursuivis dès qu’ils n’ont pas pris toutes les mesures pour assurer la sécurité de leurs administrés.

En fait cette réaction de l’autorité publique n’est pas étonnante car elle consolide la position de l’exécutif qui n’a pas eu le courage d’inscrire l’interdiction de cet herbicide dans la loi « Alimentation » au prétexte que la parole présidentielle suffisait, élevant de facto, le locataire de l’Elysée au rang de divinité !

Le monde agricole n’a pas jugé utile de mettre à profit ce délai de 3 ans pour développer une autre manière de cultiver, car nous somme assez doués pour ajouter un délai à un autre d’autant que le Président l’avait déclaré et écrit, les intérêts des entreprises passeront toujours avant ceux de la bio diversité. Heureusement que le 03 juillet 2019, l’Autriche a sauvé l’honneur de l’Europe en interdisant totalement l’utilisation du glyphosate !

Nous sommes coutumier de ce laxisme politique et le dossier de l’amiante qui se tiendra quand il n’y aura plus personne à juger, est là pour le mettre en évidence. Il en est de même dans le dossier du chlordécone dans lequel nous avons brillé par des prolongations successives d’utilisation alors que quasiment tous les autres pays en avaient interdit l’utilisation. Dans cette dernière affaire, la déité élyséenne a également fait part de sa décision de ne rien entreprendre, car selon elle il n’y avait aucun lien probant entre le chlordécone et la vague de cancer de la prostate qui sévit dans les Antilles Françaises, défendant ainsi le lobby bananier !

 

J.M.

Août 2019

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.