l'hôpital public n'est plus dimensionné pour affronter une pandémie

L’émergence du Sars Cov2 fin 2019 nous aura amené à constater que l'hôpital public de nos sociétés dites modernes n'est plus dimensionné pour affronter une pandémie, quelle qu’elle soit.

wall

L’émergence du Sars Cov2 fin 2019 nous aura amené à constater que l'hôpital public de nos sociétés dites modernes n'est plus dimensionné pour affronter une pandémie, quelle qu’elle soit.

L’impéritie de nos gouvernants confrontés à cette « crise sanitaire sans précédent » n’est pas tant liée à la soudaineté de celle-ci ou à la pathogénie particulière de ce virus et/ou de ses variants - comme on veut nous le faire croire -, mais bien à des choix budgétaires inconséquents faits des décennies auparavant : la médecine ambulatoire s’étant largement développée, on a décidé de fermer des lits d’hôpitaux devenus « coûteux et inutiles ». On en ferme encore (près de 1800 au cours du premier trimestre 2021 selon certains*).

À cela s’ajoutent le manque de personnel soignant qualifié dans les services de réanimation (ex-numérus clausus oblige), le manque d’équipements (respirateurs), le manque de revalorisation salariale, le manque de considération à l’égard d’un corpus corvéable à souhait.

C’est au pied du mur qu’on le voit, le mur.

Pourtant l’argent ne manque pas. Du reste il a été convenu de ne plus en parler : le « quoi qu’il en coûte » a relancé les planches à billets et fait s’envoler les objectifs de restriction des déficits. Non par philanthropie, mais pour sauver un paradigme économique dont on se demande combien de temps il va encore durer.

Ainsi va le monde.

Vaccinons, vaccinons ! Le credo de la pensée magique actuelle nous mène à la transe. Jusqu’à quand, jusqu’où ? Je n’en sais rien. Interrogez les experts. Ils vous diront sûrement quoi faire à la prochaine pandémie.

Je ne suis que médecin, pas journaliste.

 

* https://www.latribune.fr/economie/france/en-plein-covid-plus-de-1-800-lits-d-hopitaux-fermes-ou-supprimes-en-trois-mois-selon-fo-887333.html ).

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.