Jean-Pascal MEDURIO
Psychiatre des Hôpitaux s'efforçant de rester éveillé
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 oct. 2021

Jean-Pascal MEDURIO
Psychiatre des Hôpitaux s'efforçant de rester éveillé
Abonné·e de Mediapart

De la vaccination obligatoire des soignants en psychiatrie -juste un exemple

C'est l'histoire d'une rencontre. Avec une psychologue de Service Public "suspendue". Et qui en souffre. Juste une histoire, une illustration, une vignette clinique qui peut éventuellement amener à réfléchir sur l'absurdité des décisions gouvernementales. Ment, y compris sur la Santé Mentale.

Jean-Pascal MEDURIO
Psychiatre des Hôpitaux s'efforçant de rester éveillé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alors voilà. 

C'est l'histoire de cette rencontre avec donc, Sophie B. ("le prénom a été changé", bien entendu, comme toujours dans les papiers).

Cette femme est psychologue dans le Service Public de Psychiatrie, plus proche de sa fin de carrière que du début.

Elle a consacré toute sa carrière à soigner, en particulier des enfants et des familles, tout au long des années, dans un Etablissement Privé assurant le Service Public Hospitalier, en ce Département ordinaire, semi-rural, où l'accès aux soins est souvent, voire depuis toujours, compliqué. Et n'a pas cessé de se compliquer, de s'aggraver, au fur et à mesure de la paupérisation du Service Public.

Elle a fait son travail, sans cesse, consciente au fil des années qu'il était de plus en plus difficile de le faire. Révoltée, mais impuissante à y changer quelque chose, de la réduction des moyens. Révoltée, mais impuissante, de sa position, qu'il faille un an pour qu'un enfant soit reçu par un(e) pédopsychiatre dans ce Département.

Mais elle a continué, sans cesse. Avec courage et, dirais-je, abnégation. Je sais, j'ai fait pareil.

Elle a lu le "résultat" des Assises de la Santé Mentale, proposant de créer 800 postes supplémentaires de Psychologues, (hi hi 800 postes dans toute la France, de qui se moque-t-on ?) entre autre pour pallier la pénurie de pédopsychiatres. Elle a lu cela, et a rigolé, puis pleuré, car dans le même temps à quelques jours près, elle a été "suspendue", sans salaire. Qu'est-ce-que tu veux faire ?

Sophie B. refuse la vaccination. Elle estime, à juste titre, qu'un traitement, médication, etc. ne peut être administré sans l'accord du patient. Elle ne donne pas son accord, c'est son droit le plus absolu. Certains, ici ou ailleurs, ont pu faire référence au Code de Nuremberg. Très intéressant, mais sans utilité aussi: il suffit de faire référence à la Loi dite KOUCHNER de 2002.

Sophie B. n'a guère de recours: suspendue, à son âge, elle n'a pratiquement pas de possibilité de reconversion.

Elle connaît sa pratique: recevant des enfants et des familles dans un Centre de Consultations Médico-Psychologiques ( un CMP, quoi !), si elle respecte une distanciation et les fameux "gestes-barrière", personne, ni elle ni les patients accueillis n'ont rien à craindre.

Sophie B. est triste et en colère. Elle a décidé de combattre, ce combat est fatigant, épuisant.

Sophie B., qui faisait tout simplement son métier, est épuisée.

Je suis d'autant plus sensible à son histoire que, Psychiatre de Service Public moi aussi, c'est exactement la mienne.

Certes, j'ai fini par accepter la "vaccination" pour des raisons qui me sont propres. Et en ai subi de lourds effets secondaires.

Mais bon, cela me regarde.

Ecoutez simplement l'histoire de Sophie.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le ministre Éric Dupond-Moretti est renvoyé devant la Cour de justice
Éric Dupond-Moretti devient le tout premier ministre de la justice en exercice à être renvoyé devant la Cour de justice de la République pour des faits commis dans l’exercice de ses fonctions. Le garde des Sceaux est accusé de « prise illégale d’intérêts » après avoir fait pression sur plusieurs magistrats anticorruption.
par Michel Deléan
Journal — Gauche(s)
Au-delà de l’affaire Bayou, la vague écoféministe secoue les Verts
Les écologistes réunis en conseil fédéral ont pris date pour leur prochain congrès sur fond de sidération face à l’affaire Bayou. Plus profondément, la place du courant écoféministe incarné par Sandrine Rousseau bouleverse les habitudes du parti.
par Mathieu Dejean
Journal
Damien Abad à l’Assemblée : un retour en toute impunité
Alors qu’ils ont poussé des hauts cris à propos de l’affaire Quatennens, les députés de Renaissance affirment n’avoir aucun mal à accueillir l’ancien ministre des solidarités au Palais-Bourbon, malgré les accusations de viol ou de tentative de viol qui le visent. Une question, disent-ils, de « présomption d’innocence ».
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — International
Lula en tête, Bolsonaro résiste
Si Lula rassemble 48,4 % des voix au premier tour, Bolsonaro crée la surprise en dépassant les 43 %. La vigueur de l’extrême droite se retrouve aux élections législatives et des gouverneurs locaux qui se déroulaient aussi dimanche. Le mois de campagne qui reste s’annonce tendu.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost
Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel
Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost