Jean-Pascal SCHAEFER
Passionné de numérique, d'écologie, d'énergie et d'économie.
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 juil. 2020

Climat : en finir avec le pilotage sans visibilité ? - épisode 2/3

Depuis la création du GIEC en 1988, les conférences internationales se sont succédé. Pour quel résultat ? Une augmentation de 50% des émissions de GES depuis 1990 au plan mondial. Dans le premier épisode de cette publication, nous avons expliqué en quoi l'indicateur proposé par le GIEC (+2°C à l'horizon 2100) est inadapté pour pousser à l’action. Voici de nouvelles propositions.

Jean-Pascal SCHAEFER
Passionné de numérique, d'écologie, d'énergie et d'économie.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans le 1er épisode, nous avions vu que 5 points traduisent les défauts de la valeur de référence du GIEC :

  • horizon de temps trop lointain
  • absence de distinction des saisons d’été et d’hiver
  • valeur planétaire amalgamée, qui ne tient pas compte des lieux où vivent les gens
  • impossibilité de mesurer le changement en pourcentage
  • mise en perspective du passé très délicate

Quelles solutions pouvons-nous apporter ?

1re proposition : arrêtons de parler de 2100, parlons de 2050 !

Il faut communiquer sur des durées qui sont à notre portée. Un horizon de trente ans, l’an 2050, peut être compris et ressenti par la grande majorité d’entre nous. Un crédit immobilier dure près de 25 ans, et quand on a des enfants, on est bien obligé de se projeter un peu.

2e proposition : prenons en compte deux saisons, la saison de chauffe et la saison de réfrigération

Notre planète se divise en deux grandes zones climatiques densément peuplées :

  • la zone équatoriale et tropicale, où le chauffage n’est pas nécessaire en hiver, mais où la climatisation a tendance à se développer.
  • la zone tempérée, où il faut se chauffer en hiver, et où la climatisation estivale est maintenant bien présente.

Quant à la zone froide, elle est relativement peu densément peuplée, et l’impact en termes d’émissions de CO2 des populations qui y vivent est très faible, même si ces populations sont directement touchées par le changement climatique.

Dans notre zone tempérée, et bien entendu chez nous en France, nous avons ainsi une saison de chauffe, pendant laquelle il faut allumer le chauffage de temps en temps et une saison de réfrigération, au cours de laquelle un peu de rafraîchissement est parfois apprécié.

3e proposition : prenons en compte le climat local

L’approche d’ensemble, consistant à considérer le globe dans son ensemble - et de regrouper les espaces polaires, tempérés, équatoriaux, tropicaux - peut se comprendre.. Mais ne serait-il pas préférable de communiquer sur ce qui se passe chez nous, dans nos villes ? De ce que nous pouvons mesurer avec nos propres thermomètres, nos stations météo personnelles ? Ou avec les données publiques que nous pouvons consulter ?

4e proposition : utilisons un indicateur permettant de calculer des pourcentages d’évolution de températures

Est-il possible de trouver un indicateur de changement climatique qui permette de mesurer facilement des évolutions en pourcentage ? Et qu’un tel indicateur nous permette de savoir que cette année a été plus chaude de 10% par rapport à l’année dernière ?

5e proposition : en regardant le passé, voyons dans quelle mesure les changements sont visibles

A nouveau, il nous faut un indicateur qui permette d’analyser le passé, et de voir comment les choses se sont passées depuis que nous disposons de données météo. Quel est le rythme du changement ? Comment évolue-t-il ?

L’indicateur secret du changement climatique (que connaissent tous les professionnels de l’énergie)

L’indicateur évoqué ci-dessus existe bel et bien.

Il est utilisé depuis des décennies, notamment dans les contrats de chauffage des immeubles. Il peut être utilisé pour la saison de chauffe comme pour la saison de réfrigération, et sa valeur locale est disponible sur différents sites internet accessibles à tous.

Son nom : les degrés-jours unifiés ou DJU.

Comment est-il élaboré1 ?

Pour un lieu donné, on mesure chaque jour l’écart entre une température intérieure fixée par convention et la température extérieure. Pour la saison hivernale, cela permet d’évaluer un besoin de chauffage simple.

Par exemple, on examine la température de Lyon sur une journée de 24 heures en février. Si la température intérieure conventionnelle est de 18°C, et que la température extérieure est de 10°C, on compte : 18 – 10 = 8 degrés-jours.

Si jamais la température extérieure dépasse 18°, on considère qu’il n’y a pas de besoin de chauffage, et on ne compte rien.

Il ne reste plus qu’à cumuler les degrés-jours pendant la saison de chauffage, et vous obtenez la valeur des DJU saison de chauffe (degrés-jours unifiés) pour Lyon.

A l’opposé, on peut aussi calculer les DJU saison de réfrigération avec le même principe.

Toujours sur Lyon, prenons une journée de 24 heures en août. Si la température extérieure est de 30°C et que la température intérieure conventionnelle est de 26°C, on compte : 30 – 26 = 4 degrés-jours.

Ainsi, l’indicateur DJU satisfait l’ensemble des points-clés d’appréciation du changement :

  • horizon de temps proche et adaptable
  • distinction des saisons d’été et d’hiver
  • valeurs locales, faciles à obtenir
  • possibilité de mesurer le changement en pourcentage
  • facilité de mise en perspective du passé

Paris, Lyon, Marseille : 70 ans d’évolution climatique hivernale et estivale

L’indicateur a été décrit, il reste maintenant à en voir les applications opérationnelles.

Dans le prochain épisode, vous prendrez connaissance des résultats de nos analyses : soixante-dix ans de DJU sur Paris, Lyon et Marseille, de 1950 à 2019 inclus.
Vous aurez accès aussi bien aux DJU de chauffe qu’aux DJU de réfrigération2.

Le changement climatique vous semblera tout de suite bien plus palpable.

Donnez votre avis et abonnez-vous à ce blog afin d’être parmi les premiers à en prendre connaissance !

[1] Méthodes de calcul des DJU chez Météo France

[2] Ces terminologies, DJU de chauffe et DJU de réfrigération, sont celles que propose l’organisation météorologique mondiale.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
A Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait
Journal — Asie
« Une grande purge est en cours »
Le militant hongkongais Au Loong-Yu réside temporairement à Londres, alors que sa ville, région semi-autonome de la Chine, subit une vaste répression. Auteur de « Hong Kong en révolte », un ouvrage sur les mobilisations démocratiques de 2019, cet auteur marxiste est sévère avec ceux qui célèbrent le régime totalitaire de Pékin. 
par François Bougon
Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Face à Mediapart : Fabien Roussel, candidat du PCF à la présidentielle
Ce soir, un invité face à la rédaction de Mediapart : Fabien Roussel, candidat du Parti communiste français à la présidentielle. Et le reportage de Sarah Brethes et Nassim Gomri auprès de proches des personnes disparues lors du naufrage au large de Calais.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan