La fusion froide est maintenant aux portes de l'indutrialisation

Un rapport écrit par deux scientifiques Suédois et deux Italiens donne des informations détaillées sur leur expérimentation pendant un mois du nouveau réacteur de l'ingénieur Italien Andrea Rossi.

http://www.sifferkoll.se/sifferkoll/wp-content/uploads/2014/10/LuganoReportSubmit.pdf

Ce document montre que ce nouveau réacteur a produit de la chaleur à haute température pendant un mois avec une charge de un gramme d'un combustible à base de nickel. Les mesures thermiques on été faites avec beacoup de soin, et on montré la production de 3,6 fois plus de chaleur que de pissance électrique injectée, à 1400 °C. Pendant les 32 jours de fonctionnement le réacteur a fourni un excès de 1,5 MWatt heure. Cette énergie ne peut pas être expliquée par une réaction chimique. Il s'agit donc d'un phéomène nucléaire connu depuis 25 ans comme étant de la fusion froide, découverte par les professeurs Pons et Fleischmann.

Plusieurs laboratiores ont fait des analyses sur la poudre de départ ainsi que sur les cendres en fin d'expérience. Deux constatations importantes ont été faite. D'une part, du lithium qui naturellement comporte deux isotopes, Li-6 (7,5%) et Li-7 (92,5%) ont vu leur composition se transformer en: Li-6 (92,1%) et Li-7 (7,9%). D'autre part le nickel qui naturellement a la composition isotopique: Ni-58(68,1%), Ni-60(26,2 %), Ni-61(1,8%), Ni-62(3,6%) et Ni-64(0,9 %) après fonctionnement est devenue: Ni-58(0,8%), Ni-60(0,5 %), Ni-61(0%), Ni-62(98,7%) et Ni-64(0 %).

Ces compositions isotopiques ont été obtenues dans deux laboratoires différents utilisant des techniques différentes. Pour une raison encore inconue, le lithium -7 perd un neutron et se transforme en lithium-6, tandis que quasimment tous les isotopes de nickel se transforment en Ni-62.

Cette annonce est très importante, et ouvre la voie à la commercialisation prochaine de  cette nouvelle source d'énergie: la Fusion Froide.

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.