La connaissance

« Le président a-t-il encore sa connaissance ? » …

… et nous savons que le planton de l’Elysée répondit à l’abbé qui se hâtait pour assister le Président Félix FAURE en train de mourir : « Non, Monsieur l’abbé, elle est sortie par l'escalier de service ».

C’était la belle époque, où l’on n’avait nul besoin de se rendre dans un quelconque SOFITEL ou CARLTON pour faire « des rencontres chaleureuses ». L’humour d’un Clémenceau cinglait la mémoire de ce pauvre Président Félix FAURE en disant «Il voulut être César, il ne fut que Pompée ».

Mais pourquoi ce ton un peu nostalgique à la veille d’un 1er mai qui, pour la première fois, verra toutes les catégories de Français dans la rue au même moment ? … mais certes pas côte à côte, les uns autour de la statue de Jeanne d’Arc, les autres au Trocadéro où il faut espérer qu’ils se rappelleront être sur « l'esplanade des droits de l’Homme », d’autres, enfin, défilant derrière les bannières syndicales de Denfert Rochereau à la Place de la Bastille.

Un ancien Premier Ministre parle d’un « spectacle effrayant » à propos de la campagne de Nicolas SARKOZY,  il me semble, en fait, que la France se réveille en sortant d’un consensus mou qui oblige chacun à choisir son camp.

Ces pensées, volontairement un peu décousues, me sont venues simplement en constatant que notre encore Président actuel n’a manifestement plus toute sa connaissance et qu’il n’a même aucune reconnaissance.

Notre Président n’a que le mot d’infamie pour toute réponse aux pièces apportées par Médiapart pour nous convaincre que KADHAFI avait royalement financé sa campagne de 2007. On attendrait des faits, des contre-preuves … mais ne nous arrivent que des invectives et une avalanche de nouveaux mensonges … être atteint d’amnésie à 57 ans, quelle tristesse ! Pauvre petite Giulia qui n’aura jamais eu un père doté d’un cerveau intact.

Mais, ainsi qu’il l’expliquait publiquement lui-même, en agissant comme il le fit pour détruire le leader Libyen, il n’a fait preuve d’aucune reconnaissance pour celui qui avait tenté de sauver son ménage chancelant en offrant à Cécilia la liberté des infirmières Bulgares.  L’idée qu’il ait pu recevoir cinquante millions d’euros de KADHAFI m’étant totalement intolérable, je ne retiens pas cette hypothèse … et je reste fleur-bleue en repensant surtout au rôle de conseillère matrimoniale rempli par le leader de Tripoli.

Le voir s’agiter ainsi, minablement, à moins de sept jours de son départ définitif de l’Elysée, me rappelle cette célèbre phrase de Charles DE GAULLE à propos de Philippe PÉTAIN : « La vieillesse … quel naufrage ! ».  Nicolas SARKOZY aura, au moins, réussi quelque chose : à l’inverse des rats-taupes dont « Le Monde » exposait, ce week-end, l’extraordinaire longévité, n’être qu’un vieillard à moins de soixante ans !

Jean-Paul Bourgès le 30 avril 2012

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.