« Le Maréchal s’y connaît en bravoure ! »

Ce billet est aussi publié à :   le-marechal-s-y-connait-en-bravoure

 

Rien ne s’applique mieux à Nicolas SARKOZY, aujourd’hui, que cette célèbre réplique de Cyrano de Bergerac au Comte de GUICHE, qui vient lui transmettre les félicitations du Maréchal de GASSION.

Notre ludion national, jamais coulé mais souvent touché, qui, depuis trente ans qu’on l’entend presque quotidiennement, a déjà dit tout et le contraire de tout … a éprouvé l’irrépressible besoin de s’exprimer à propos d’Emmanuel MACRON.

On peut comprendre qu’il n’ait pas pu résister à cette forte envie car se faire voler la vedette par celui qui ressemble fort à un « SARKOZY nouveau », comme on dirait en Beaujolais, cela a de quoi l’irriter.

Certes, dans son récent livre, « La France pour la vie », il avait essayé de nous faire croire qu’il avait changé, mais c’était trop invraisemblable pour qu’on puisse le croire.

Quant à Emmanuel MACRON, qui a, sans complexes, engagé les hostilités avec François HOLLANDE et Manuel VALLS (Ainsi que je le prévoyais dans mon billet la-guerre-des-trois-aura-bien-lieu ), il ne passe plus de jours sans déclaration assassine envers le Président ou le Premier Ministre. Un Président édredon laisse faire, afin de mieux confirmer son absence d’autorité, tandis que Manuel VALLS dit qu’il y est indifférent puisque c’est le locataire de l’Elysée que cela met en cause … bonjour les débats et les dégâts !

Jusqu’ici les leaders de la droite, et Nicolas SARKOZY en tête, exprimaient leur espoir qu’Emmanuel MACRON se mette définitivement en marche pour rejoindre leurs rangs.

Mais la vitesse à laquelle le sémillant jeune-homme montre ses appétits, et même sa voracité, commence à les inquiéter car il est clair qu’il n’a nulle intention de jouer les seconds rôles. C’est lui qui sera la tête d’affiche, qu’il ne partagera qu’avec Madame en « first lady ». Le Match est lancé … en première page.

Aussitôt les bras ouverts se sont refermés dans un geste ressemblant davantage à une prise d’étranglement et Nicolas SARKOZY, réagissant au propos d’Emmanuel MACRON qui veut se positionner, ni à gauche, ni à droite, y a reconnu ce qui a toujours caractérisé ses positions personnelles, le cynisme, tout en ayant le culot de dire : « Je pense que c’est du cynisme et le cynisme ne m’a jamais intéressé » !

De la part de celui qui fit dériver toute la droite vers l’extrême-droite, au point d’y aspirer une partie de « la gauche », en espérant couper ainsi l’herbe sous les pieds du Front National, c’est tout simplement ahurissant ! Décidément, il aura tout osé !

Jean-Paul BOURGЀS 1er mai 2016

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.