Les coureurs

 Sprint final d’un petit cyclisteDans quatre jours les Français seront en train de trancher. Pour notre roi du vélo, c’est donc le moment du sprint final où il doit rattraper un coureur Néerlandais qui fait la course en tête depuis des mois. Ah, ces Hollandais, rois de la petite reine et grands maîtres de la grande boucle !

 Sprint final d’un petit cycliste

Dans quatre jours les Français seront en train de trancher. Pour notre roi du vélo, c’est donc le moment du sprint final où il doit rattraper un coureur Néerlandais qui fait la course en tête depuis des mois. Ah, ces Hollandais, rois de la petite reine et grands maîtres de la grande boucle !

Plantée sur le bord de la route, au bout de laquelle on voit déjà la banderole d’arrivée, la vociférante Marine LE PEN a choisi de tourner le dos à la course en n’encourageant aucun des deux coureurs. On murmure même que l’instruction secrète aurait été donnée à certains de ses amis d’effectuer quelques « poussettes » au profit du champion des Pays-Bas. Les psychanalystes savent bien qu’il existe, parfois, de ces haines farouches entre jumeaux … surtout quand on se dispute âprement l’héritage d’un chef déchu de « L’Etat Français ».

De son côté, un ancien compétiteur, champion local du Béarn, serait, dit-on, en train de lire et relire les deux courriers que les coureurs encore en piste lui ont écrits … sans réussir à faire un choix … peut-être parce qu’il ne sait pas aussi bien lire que son agrégation aurait pu nous le laisser supposer. Il est vrai qu’avoir le cul entre deux chaises, c’est beaucoup moins confortable que d’avoir une bonne selle sous le postérieur.

Le petit rageur voit d’autant plus son énergie monter à son paroxysme qu’il sait, d’avance, qu’au cas où il ne franchirait pas la ligne d’arrivée en tête, un dramatique contrôle anti-dopage l’attend. Il est, en effet, fortement soupçonné d’avoir abusé de produits interdits, issus de diverses officines (Comme on dit dans son entourage) parmi lesquelles se trouverait L’Oréal et un obscur pharmacien Libyen qui aurait, jadis, planté sa tente caïdale sur les Champs-Elysées. Jusqu’ici notre petit sportif était immunisé, mais cette protection miraculeuse pourrait cesser à la minute même de sa défaite.

Ah, comme avait l’habitude de le dire ce cher Gérard HOLZ : « Vive le sport ! ».

Jean-Paul Bourgès le 2 mai 2012

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.