Summum de démagogie : Laurent WAUQUIEZ

L’ambiance de ce début du mois de décembre est, évidemment, assez exceptionnelle. Il y a trois semaines, cent-trente personnes, principalement des trentenaires, étaient massacrées parce qu’elles aimaient la vie, la culture, la musique, le sport. Et, au début de cette semaine, les dirigeants du monde entier confluèrent vers Paris, afin d’y participer à la COP21.

Les élections régionales, dont le premier tour aura lieu dimanche, n’auront guère passionné les foules mais, en vue de faire renaître l’enthousiasme et alors que son étoile pâlit progressivement, Laurent WAUQUIEZ aura tenté jusqu’au dernier moment d’expliquer à quel point il est capable d’incarner cette nouvelle région qui comprend désormais l’Auvergne et Rhône-Alpes. Ce faisant, sa démagogie s’est exprimée principalement sur des sujets n’entrant nullement dans la compétence du Conseil Régional … ce qui éviterait, s’il gagnait l’élection, qu’on vienne lui reprocher de ne pas avoir mis en œuvre son programme. Malin, le jeune-homme !

Pour moi, qui suis né à Clermont-Ferrand, qui vis en région lyonnaise depuis plus de trente-cinq ans, et qui ne me trouve bien que sur le Plateau vivaro-vellave, qui est la charnière entre les deux régions qui fusionnent, ce n’est pas de la colère que je ressens … c’est de la honte !

Lorsque les temps deviennent rudes, on reconnaît l’homme-politique de qualité à sa façon de se hisser au sommet en évitant de se rouler dans la fange.

Mais il ne suffit pas de grimper tous les ans, avec une petite cohorte de groupies, au sommet du Mézenc pour être quelqu’un dont la pensée vole haut.

Or donc, mercredi à Lyon, Laurent WAUQUIEZ confirma le virage populiste que d’autres déclarations avaient annoncé et qui confirment son appétence pour les égouts.

La création d’un « Guantanamo à la Française … à implanter en Haute-Loire » voici le niveau de sa réflexion. On y mettrait les trois-cent-cinquante habitants de la région codés en « S » … c’est-à-dire ceux que la police est chargée de surveiller. Pourquoi ne pas les passer par les armes ?… ça serait plus simple et plus expéditif ! Heureusement que Police et Justice ne sont pas dans les compétences du Conseil Régional … cause toujours mon lapin !

Il propose aussi de réduire les subventions aux « mouvements d’éducation populaire », autrement dit à nos Centres Sociaux et Culturels où se pratique ce « vivre ensemble » qui est la concrétisation du « Liberté Egalité Fraternité » qui est le fondement de notre République. Ce sont surtout les communes et les départements qui subventionnent … ça n’est pas avec ça qu’il soulagera le budget de la région, mais cela traduit sa proximité avec le FN.

Faisant du sous-Nadine MORANO, peu digne d’un major de Normale-Sup et de l’ENA, il tient à mettre des crèches dans les mairies afin d’y affirmer des racines chrétiennes qui sont en train de se transformer par des gens comme lui en nouvel appel à la croisade que prêcha le Pape Urbain II à Clermont-Ferrand, il y a exactement neuf-cent-vingt ans. Lui, le major de l’agrégation d’Histoire, comment situe-t-il la loi de 1905 établissant la séparation des églises et de l’Etat dans ce galimatias populiste et racoleur ? Chaque commune est libre … sous le contrôle des Préfets, sans intervention du Conseil Régional en cette matière.

Je me souviens douloureusement de la consternation que Jacques BARROT m’avait exprimée d’avoir donné son envol politique à cet individu en en faisant son successeur comme Député d’Yssingeaux (Alors que je lui disais le mal que je pensais de son successeur, il m’avait répondu, avec un air navré : « Oh !, je sais et j’en suis bien triste »).

S’il l’entendait aujourd’hui et qu’il puisse parler, il reprocherait à ses amis centristes de se taire, servilement et par intérêt, devant ce qui est une honte et une trahison de leur part.

Espérons que les électeurs seront moins bêtes qu’eux et n’aideront pas cet intrigant à se placer en pole-position en vue des élections présidentielles de 2022. Il y a des gens qu’il faut savoir éliminer politiquement avant que leur dangerosité fasse des dégâts.

Jean-Paul BOURGÈS 4 décembre 2015

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.