Cela ne lui fait pas peur !

Quel héros des temps moderne ! Quel valeureux combattant contre ce vide existentiel qui touche tant de nos concitoyens !

Rien ne lui fait peur, ni l’ampleur de la tâche qui risque de lui « bouffer la vie » en l’occupant à bien plus que cent pour cent de son temps disponible, ni la faiblesse des encouragements autour de lui … voire même la jalousie que son héroïsme risque de faire naître chez les médiocres.

Si je ne l’avais pas entendu affirmer crânement son courage, ce matin sur l’antenne de France-Inter, j’aurais probablement eu du mal à croire celui qui m’aurait rapporté le propos. Il faut dire que l’on n’a pas souvent l’occasion d’entendre des énormités pareilles !

Celui qui a déclaré que « L’effort ne nous fait pas peur », c’est le PDG de PSA, Carlos TAVARES.

Oui, vous avez bien lu, celui qui a fait doubler sa rémunération et a aussi déclaré aujourd’hui qu’elle est encore d’un tiers inférieure à ce qu’il mériterait de recevoir, n’a pas peur des efforts qu’il va devoir faire pour consommer chaque jour le salaire annuel d’un OS de chez PSA.

Se rend-on compte seulement de la difficulté que représente le fait de consommer des sommes pareilles chaque jour, week-end et fêtes comprises, sans jamais relâcher l’effort tel un forçat ?

Mais l’admiration tombe bien vite, quand on sait que ça n’est pas de cet effort-là dont parle Carlos TAVARES, mais de l’effort des salariés de PSA qui vont devoir améliorer leur productivité de 20 % sur les cinq prochaines années. Autrement dit : au mieux produire vingt pourcent de voitures en plus avec le même effectif et le même temps de travail ; ou travailler plus d’heures sans augmentation de salaire ; ou réduire le personnel de vingt pourcent en mettant donc au chômage trente-sept-mille personnes de plus dans le monde.

Même le CAC40, pourtant généralement indulgent et complice à l’égard de ce genre de propos, n’a pas été ébloui par le génie de cet homme si prêt aux efforts … pour les autres … puisqu’après l’annonce de son plan stratégique, le cours de l’action PSA a plongé de 6,5 % ce mardi à 16 h 30.

Ça n’est sûrement pas parce que l’impudeur de Carlos TAVARES a choqué les opérateurs en Bourse … mais, plus vraisemblablement, parce qu’ils préféreraient des gains de productivité encore plus élevés … méritant une nouvelle augmentation du PDG.

Ceci est-il encore tolérable plus longtemps ? Comment ne pas comprendre que coincés entre ce cynisme patronal et la poursuite de la volonté de démolir le Droit du Travail, de nombreux jeunes et moins jeunes passent en ce moment les nuits debout … avant de se faire matraquer au petit matin ?

Jean-Paul BOURGЀS 5 avril 2016

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.