Faire naître l'Europe

« Tu enfanteras dans la douleur »

Ceux qui me connaissent, savent que je ne passe guère de temps plongé dans la lecture de la Bible, mais la situation actuelle de l’Europe me rappelle quand-même ce passage du livre de la Genèse (3.16) où il est dit : « Tu enfanteras dans la douleur ».

L’Europe est-elle déjà née ? Je pense, plutôt, que nous n’avons observé, jusqu’à présent qu’une lente et déjà douloureuse gestation, plusieurs fois menacée de fausse-couche.

Mais qu’est donc cet être mythique, Europe, dont j’attends encore la naissance ?

Notre continent, qui se prend parfois pour le nombril du monde, a une histoire particulièrement marquée par la violence. A eux seuls, sept pays : l’Angleterre, la France, l’Espagne, la Belgique, la Hollande, le Portugal et l’Italie prétendirent, du XVIIIème à la fin du XXème, coloniser le reste du monde et en exploiter les richesses à leur profit. Cette volonté d’asservissement des autres peuples, sous couvert de supériorité raciale et d’apport aux autres de ses propres valeurs, s’exprima une dernière fois (Espérons que c’était vraiment la dernière fois …) dans la folie nazie qui voulut faire passer tout le continent sous le joug d’un « peuple aryen » en pratiquant le génocide sur une échelle jamais vue jusque là, tandis que le Japon faisait de même en Asie. Et n’oublions pas, non plus, ce que l’on nomme « l’épopée napoléonienne » qui vit un homme, Napoléon, tenter d’imposer par les armes sa loi de Moscou à Cadix et de la Hollande à Naples.

Je relie volontairement colonialisme et nazisme, car tous deux sont une négation d’un principe fondamental qu’est l’égalité absolue entre tous les Hommes.

La volonté de créer, enfin, l’Europe est la fille de cette horrible période qui s’acheva par l’usage de deux bombes atomiques au Japon. L’idée d’Europe c’est un « Plus jamais ça », mis en actes.

Mais ils ne sont pas si nombreux que ça, ceux qui ont compris que cela impose de renoncer à des souverainetés nationales, pour mettre en place une véritable gouvernance européenne. Nous avons eu des avancées, nous avons aussi connu des reculs et la crise de l’euro, ou plus exactement les conséquences de politiques économiques aberrantes sur l’euro, ont bien failli nous précipiter tous dans un nouveau chaos.

Dans ce contexte la réponse Merkozyenne fut un nouvel avatar de la tentation de domination et, pour rester dans le domaine de l’obstétrique, c’est aux forceps que la seule rigueur fut imposée à l’ensemble de l’UE.

L’Europe est, en fait, enfin sur le point de naître vraiment car jusque là nous n’avions que des images d’échographie. Et, à la mode ancienne, l’enfantement se passera dans les douleurs. « Allez, Madame, poussez encore un peu … la tête est en train de passer ! ». L’élection de François HOLLANDE qui avait osé braver le mythe de l’inéluctable rigueur, les indignés de la Puerta del Sol, la révolte des Grecs devant la potion que Merkozy avait voulu leur imposer … tout ceci va précipiter la naissance de l’Europe … et non sa mort comme certains étaient si heureux de le croire.

Les visites de dirigeants européens à François HOLLANDE non encore investi se multiplient. Tous attendaient la sortie des diktats d’un axe Paris-Berlin. C’est bon signe !  

Jean-Paul Bourgès 10 mai 2012

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.