UDMF … qu’en penser ?

Une petite structure politique, constituée en 2012, « l’Union des Démocrates Musulmans Français », vient d’annoncer son intention d’avoir des candidats aux prochaines élections départementales. Parmi les lieux où ils ont indiqué qu’ils présenteraient des candidats, il y a Lyon … ce qui pourrait faire penser qu’il s’agit d’une décision d’appareil parisien … car il n’y aura pas d’élection départementale à Lyon du fait de la fusion du Grand Lyon et du département du Rhône sur cinquante neuf communes pour constituer « La Métropole de Lyon ».

Une petite structure politique, constituée en 2012, « l’Union des Démocrates Musulmans Français », vient d’annoncer son intention d’avoir des candidats aux prochaines élections départementales. Parmi les lieux où ils ont indiqué qu’ils présenteraient des candidats, il y a Lyon … ce qui pourrait faire penser qu’il s’agit d’une décision d’appareil parisien … car il n’y aura pas d’élection départementale à Lyon du fait de la fusion du Grand Lyon et du département du Rhône sur cinquante neuf communes pour constituer « La Métropole de Lyon ».

Passons sur ce petit cafouillage anecdotique pour nous arrêter un instant sur ce mouvement, sa place dans le paysage politique français, et ce que l’on peut en penser.

Il y a quelques années, Christine BOUTIN, dont on connaît bien les fortes convictions catholiques et le conservatisme de ses opinions politiques, fonda le « Parti Démocrate Chrétien ». Je ne vois donc aucune raison de ne pas admettre un étendard similaire pour les Juifs, les Musulmans, les Bouddhistes … les ce qu’on veut.

Bien entendu cela implique, pour les uns et les autres, de ne pas oublier le mot « démocrate », qui signifie d’admettre le pluralisme des pensées et de ne pas considérer que toute personne ayant les mêmes convictions religieuses seraient, ipso-facto, représentées par le parti se référant à cette religion. Beaucoup de Catholiques ne se retrouvent absolument pas dans le parti de Christine BOUTIN et ils se répartissent sur l’échiquier politique, de l’extrême-gauche à l’extrême-droite.

Par ailleurs, il est important d’apprécier la situation au regard des propositions précises des partis et il faut donc d’abord en prendre connaissance. On peut lire la page facebook de l’UDMF, diverses publications, et voir la réaction outrancière sur le site « La vague bleu marine » où l’on peut lire cette énormité : « L’étape suivante c’est la charria de gré ou de force avec le jhad ! Si les couilles molles islamo-collabo pouvaient se faire égorger, on n’irait pas les pleurer ! » (J’ai conservé l’orthographe de cette œuvre inoubliable d’un anonyme qui, s’il me connaissait, aimerait que l’on m’égorge).

Les statuts du parti, déposés en préfecture de Paris le 15 décembre 2012, définissaient ce parti : «  nous sommes un parti Démocratique et Laïque qui sépare le religieux de la philosophie … » ce qui rend un peu délicate la référence à une religion … mais passons. Ce qui est un peu plus inquiétant c’est, dans des déclarations de membres de l’UDMF, l’appel à des pratiques énoncées comme indispensables pour être une bonne musulmane, comme porter le voile. Je connais de fort bonnes musulmanes, en France mais aussi dans des pays arabes, qui ne portent pas le voile … d’autant qu’elles n’ont jamais lu nulle part dans le Coran que c’était une prescription de Mahomet. Ne confondons pas wahhabisme et Islam.

Surveillons-bien, sans sectarisme mais sans faiblesse ou naïveté, ce que font et disent les partis politiques qui se créent avec une référence religieuse, quelle qu’elle soit.

On vit, il y a peu, les responsables de l’Eglise catholique sortir de leurs sacristies et mener le combat politique contre la loi TAUBIRA et le Cardinal Philippe BARBARIN, Primat des Gaules, rompre le pacte laïc en appelant ses fidèles à s’opposer à un projet de loi (J’avais dit, vivement, ce que j’en pensais : http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-paul-bourges/160812/un-parlement-de-dieu ).

Des Musulmans ont le même droit que toute autre catégorie de citoyens à se constituer en parti sur la base de leurs convictions, mais à condition de le faire dans le cadre du respect de la laïcité qu’ils ont affirmée dans leurs statuts, et de ne pas prétendre qu’à eux seuls ils représentent tous les Musulmans de France, mais juste « des » Musulmans. Pour l’instant je leur laisse le bénéfice du doute, mais j’y reviendrai en cas de dérapage.

Contre la loi sur le « mariage pour tous, les responsables religieux défilèrent bras-dessus, bras-dessous. On avait connu « Prolétaires de tous les pays, unissez-vous », ces derniers temps c’est plutôt « Religieux de toutes les confessions, unissez-vous » … et, nous, méfions-nous calmement.

Jean-Paul BOURGÈS 13 février 2015

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.