Fasciné par les immenses plaines russes

Qui d’entre nous, du fait de ses lectures, en commençant par « Michel STROGOFF » de Jules VERNE, et en poursuivant par Léon TOLSTOÏ, Boris PASTERNAK ou Alexandre SOLJENITSINE, qui donc n’a pas été un peu fasciné par ces immenses plaines de la Russie qui, de la Pologne jusqu‘au Kamtchatka, en sautant l’Oural où s’arrêtait le regard du Général DE GAULLE, forment l’espace où nous rêvons d’aller et d’où vinrent les conquérants des quatrième au sixième siècles.

Mais, pour moi, la Russie c’est aussi Saint Petersbourg où l’une de mes arrière-grand-tantes séjourna de 1860 à 1880 comme préceptrice des enfants d’une des familles princières qui dirigeaient alors l’Empire des Tsars. Il ne nous reste pas de traces matérielles de ce séjour de Dina GUINAND en Russie, depuis que des cambrioleurs s’emparèrent, chez mes parents il y a trente ans, de quelques petits œufs en or, qui étaient le cadeau annuel que ses patrons lui faisaient rituellement à l’occasion de Pâques.

Mais, je vous prie de m’excuser, les souvenirs personnels, mais aussi le fantasme de Russie qui a marqué mon enfance, puis mon adolescence et, enfin, ma vie de jeune adulte, m’ont écarté de ce qui m’a conduit à vous parler de la Russie.

Il y a pourtant autant motif à s’étonner qu’en dégustant … autre souvenir de l’enfance qui me revient soudain … un bon flan « Francorusse », dont le nom célébrait l’alliance conclue entre La France et la Russie peu de temps avant la guerre de 14.

Décidément arriverai-je au réel sujet de ce billet, au lieu de me laisser aller à ces diversions oiseuses ?

Allons-y, plongeons dans les eaux glacées de la Lena, en plein hiver !

Je me suis trop avancé pour reculer, mais, vous le sentez-bien, sauter le pas est vraiment difficile.

Traiter comme elles le méritent, certes … mais quand-même !, deux gloires nationales, c’est un arrache-cœur et j’hésite encore, tellement je ne voudrais pas vous gâcher un été qui se présente plutôt bien, après un long hiver et un printemps pourri.

Allez tant pis, j’y vais : DSK rejoint Gérard DEPARDIEU en Russie !

Soyons réaliste, rembourser à Anne SINCLAIR, tout l’argent qu’elle a dû sortir pour payer les frasques de DSK, amortir la somme rondelette qui fut versée à Nafissatou DIALLO … cela nécessitait, pour DSK, de ne pas limiter son activité, comme Nicolas SARKOZY, à de juteuses conférences payées cent mille euros, hors frais bien sûr. Il fallait trouver quelque chose de plus consistant … et c’est fait. Notre génial économiste, notre ancien futur Président de la République, notre « Roi du pinceau magique » va intégrer le Conseil de Surveillance de la Banque Russe de Développement des Régions (BRDR). Ses jetons de présence n’y auront certainement pas un caractère symbolique.

 

Au cinéma, Gérard DEPARDIEU joua le rôle de DSK dans un film récent racontant l’histoire du SOFITEL, il est donc logique que le modèle veuille se rapprocher de celui qui joua son rôle.

 

Comme disent les gamins dans les cours d’école : « Qui se ressemble … s’assemble ».

 

Gérard DEPARDIEU ne nous manque guère. Son nouveau rôle à la BRDR occupera-t-elle suffisamment DSK en Russie pour qu’on puisse ne pas le voir en France ? … jusqu’à oublier que certains d’entre nous auraient voté pour lui s’il était apparu en mesure de virer Nicolas SARKOZY.

Jean-Paul Bourgès, le 15 juillet 2013

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.