Cha bardera un jour

On n’est pas né à Clermont-Ferrand chans qu’il en rechte quelques traches, echpliquant le chuintement de che titre.

Nous chommes, dans une chituation vraiment grave, avec une clache politique qui ne repréchente plus les chitoyens.

Devenu Parisien à l’âge de trois ans, puis Lyonnais une trentaine d’années plus tard, j’ai un peu perdu l’acchent de mes premières années, je vais donc retrouver mon parler habituel et, de toute façon, tout ce qui se produit en France depuis déjà pas mal de temps ne me donne pas beaucoup l’envie de plaisanter.

Gouvernés par des Guignols, nous voyons une bande de voyous prétendre les remplacer alors que leur long passage au pouvoir est l’un des pires moments de ces vingt dernières années.

Parfaitement conscients de cette double incompétence, les Français en viennent à envisager d’appeler à gouverner une résurgence du Pétainisme, passée par l’OAS et fondée sur un nationalisme suranné et sur un racisme profond.

S’il s’agissait juste de flanquer une fessée aux deux bords évoqués ci-dessus, on pourrait comprendre cette réaction d’exaspération … mais, où et quand a-t-on vu des fascistes restituer le pouvoir autrement que dans le sang ?

Disposant de véritables milices privées, dont on a vu le bout du nez en marge des manifestions organisées il y a trois ans contre « le mariage pour tous », et les CRS apparaissant, selon des sondages d’opinion, largement acquises aux thèses du Front National, on peut légitimement craindre l’instauration d’un régime autoritaire suspendant l’exercice des libertés publiques, au cas où les électeurs franchiraient un nouveau seuil de cinq pourcent de plus pour l’extrême-droite.

Nous ne sommes pas les seuls sur cette Terre à nous morfondre devant une offre politique où les choix relèvent de Charybde et Scylla.

En plein centre de la Sibérie, à Barnaoul (Une ville de plus de six-cent-mille habitants) un nouveau maire va être élu dans cinq jours.

Cette élection est consécutive à divers scandales de corruption impliquant le maire et des membres de sa famille mais aucun des candidats à sa succession ne semble recueillir la confiance de la population … sauf un dénommé Barsik qu’un sondage a placé très largement en tête ces derniers jours.

En quelques jours, Barsik est devenu une célébrité dans la Russie entière et l’on attendait même la réponse à la question qu’un journaliste devait poser de sa part à Vladimir POUTINE à l’occasion de sa conférence de presse annuelle de ce jour.

Mais qui est donc ce Barsik ?

C’est un chat et cela vous explique pourquoi j’ai retrouvé mon chuintement enfantin … pour le cas où me serait offerte la possibilité de l’interviewer.

Faisons-nous mieux que les Sibériens, nous qui élisons des ânes qui nous font braire ?

Jean-Paul BOURGÈS 17 décembre 2015

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.