Géométrie politique

Figures géométriques

Dans une France comportant sensiblement le même nombre de personnes situées à gauche et à droite, il est amusant d’examiner les caractéristiques de quelques figures géométriques liées à la représentation nationale.

Les législatives visent à faire rentrer un hexagone de surface S1, dans un hémicycle, dont la surface, S2, se calcule de la façon suivante : S2 = π D2 / 8, où D représente le diamètre, c'est-à-dire la distance qui sépare l’extrême gauche de l’extrême droite. Sachant que la surface S1 de l’Hexagone inscrit est 3 √3  D/ 8, on voit la difficulté !

Ce qu’il faut savoir, aussi, c’est que certains ténors de l’hémicycle sont, chacun, entourés d’un « premier cercle » et, en principe, ces différents cercles n’ont aucun autre point commun que la buvette du Palais Bourbon dont le nom ne vient pas de l’alcool nord-américain que certains d’entre eux affectionnent.

Lorsque le vent tourne, c’est un dernier carré qui représente l’ultime dispositif défensif de ceux qui se mettent en boule comme des hérissons et ne veulent pas sombrer sans un baroud d’honneur.

Mais, après s’être distrait par l’évocation de ces diverses figures géométriques, c’est aux dures lois de l’affrontement politique qu’il nous faut revenir.

La loi électorale prévoit que, pour se maintenir au second tour des législatives, il faut avoir dépassé 12,5 % des électeurs inscrits, soit, avec un taux de participation prévisible de 75 %, avoir dépassé un taux de 16 % des suffrages exprimés au premier tour. On peut donc prévoir que, dans beaucoup des 577 circonscriptions, seuls trois candidats passeront ce seuil … aboutissant alors à des élections triangulaires au deuxième tour PS, UMP, FN.

Marine LE PEN ayant déjà annoncé qu’elle maintiendra ses candidats au deuxième tour, le remplissage d’un hémicycle se jouera, par conséquent, sur la maîtrise des règles de cette trigonométrie politique.

Plus l’UMP renforcera moralement et politiquement le FN en s’alignant sur les mêmes thèmes, le même discours de haine et d’exclusion, la même volonté revancharde … plus la moitié des Français de droite se répartira de façon presque équilibrée entre ces deux partis et en rétrécissant la surface couverte par l’ensemble des deux tendances, débouchant ainsi sur de nombreuses triangulaires, à l’issue desquelles beaucoup de députés sortants de l’UMP prendront piteusement la tangente.

Et, par conséquent, plus il y aura de triangulaires, plus la gauche, toutes tendances confondues, a de fortes chances de l’emporter largement au deuxième tour du fait de la division en deux camps sensiblement égaux mais violemment antagonistes à l’intérieur d’une petite moitié des électeurs.

Je n’aime pas énormément le Secrétaire Général de l’UMP, mais il y a des moments où il faut surmonter ses aversions pour saluer un auxiliaire, même si on le méprise. Je dis donc, ci-après, un grand et ironique merci à Jean-François COPÉ, de prendre un tel soin de l’avenir de la gauche :

Cher Jean-François COPÉ, même si votre seul objectif, depuis longtemps, ne se situe qu’en 2017 … en jouant la surenchère populiste, vous œuvrez efficacement et originalement dès maintenant pour l’intérêt national. Quelle façon subtile et discrète d’aider les vrais Républicains ! Oh, oui, un grand merci !

Vous avez aimé nager dans la piscine de Monsieur Ziad TAKIEDDINE, serait-ce que c’est en eaux troubles que vous vous épanouissez le mieux ?. … mais, faites attention, vous êtes nombreux dans ces puants marigots où les crocodiles abondent. Ne vous laissez pas dévorer … vous nous manqueriez !

Vous, dont les parents furent sauvés de l’Holocauste par ces Justes qui ne craignaient pas les nazis et les représentants de « L’Etat Français », … j’admire que cela ne vous empêche pas d’endosser le vocabulaire et les idées du FN qui honore Robert BRASILLACH, que DE GAULLE laissa fusiller tellement il lui faisait horreur.

Vous qui régnez sur Meaux, n’oubliez jamais la fameuse oraison d’un évêque de ce lieu : « Madame se meurt, Madame est morte ! … », cela pourrait bien s’appliquer un jour prochain, sur le plan politique, à votre immodeste personne  … sans attendre 2017.

Jean-Paul Bourgès 18 mai 2012

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.