Ça sent le sapin !

Ce billet est aussi publié à : une-odeur-de-sapin

 

Angela MERKEL et François HOLLANDE sont exactement sur la même ligne en ce qui concerne l’accueil des réfugiés. C’est, en tout cas, ce que François HOLLANDE a tenté de faire avaler aux téléspectateurs qui regardaient l’émission « Dialogue citoyen » il y a quelques jours.

Nous sommes tellement habitués à la connivence des journalistes avec les responsables politiques que la réaction instinctive de Léa SALAMÉ, disant à François HOLLANDE « C’est une plaisanterie ! ?», en a surpris beaucoup et en a même choqué quelques-uns.

Celui qui, sous l’Ancien Régime, aurait exprimé des doutes que par son toucher le Roi puisse guérir les écrouelles, se serait aussitôt vu saisir par la maréchaussée et prestement embastillé.

Encore confits en respect formel, alors-même que l’homme élyséen ne rassemble sur son nom que critiques, sarcasmes et fortes oppositions, nombre de nos concitoyens ont assez peu apprécié cette franchise d’une intervieweuse rompant avec notre tradition journalistique.

Pourtant que nous sommes encore loin du style des journalistes anglo-saxons qui malmènent bien autrement leurs interlocuteurs et ne les lâchent plus, tels des chiens de chasse accrochés à un sanglier, dès qu’ils ont identifié que l’homme politique vient de faire un gros mensonge.

Mais ça n’est pas principalement à cela que je veux m’arrêter aujourd’hui puisque nous avons pris l’habitude de constater que les Français regrettent amèrement la Monarchie, qu’ils s’efforcent de restaurer peu à peu sous l’appellation d’une République qui se présidentialise, jusqu’au moment où il suffira d’oindre le Président en la cathédrale de Reims.

Entre un célèbre « Moi, Président, je … », répété quinze fois devant un Nicolas SARKOZY estomaqué, et la situation actuelle il ne s’est écoulé que quatre ans … mais en réalité deux-cent-vingt-quatre ans en marche arrière. Ce recul dans le temps vient d’être fort ingénument exprimé par l’un des camarades de régiment de François HOLLANDE : son Ministre des Finances. Celui-ci a traduit son indignation devant l’anodine et si vraie phrase de Léa SALAMÉ, en affirmant qu’en osant parler de « plaisanterie » … elle avait « manqué de respect à la fonction présidentielle ».

Nous ne sommes plus qu’à un doigt du crime de lèse-Majesté.

Pour ce régime ça sent vraiment le SAPIN, comme en 1789, car notre patience ne tient plus qu'à un élastique ... de culotte. Attention la France se remet debout … même la nuit en de nombreuses places publiques de « la France profonde ».

Jean-Paul BOURGЀS 25 avril 2016

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.