Jean-Paul Bourgès
Retraité actif
Abonné·e de Mediapart

1336 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 nov. 2015

Excuse non, compassion non, réflexion oui

Jean-Paul Bourgès
Retraité actif
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lors de la séance de questions à l’Assemblée, Manuel VALLS s’est exprimé, sur le ton rageur qui est sa marque de fabrique, en disant : "Aucune excuse ne doit être cherchée (aux terroristes). Aucune excuse, sociale sociologique et culturelle car dans notre pays rien ne justifie qu'on prenne des armes et qu'on s'en prenne à ses propres compatriotes".

Qui pourrait penser le contraire et cela a-t-il même besoin d’être dit ?, surtout avec ce ton martial, alors que nul ne trouve d’excuses … sauf un prêtre du diocèse de Lyon qui a dû abuser du vin de messe.

Même si, dans la mort au moins, les inégalités s’effacent et que la victime comme l’assassin qui est mort dans l’assaut de la police ou qui s’est fait exploser, se retrouvent à égalité … il ne me paraît pas possible d’éprouver la moindre compassion pour ces assassins … même s’ils ont été, par un efficace lavage de cerveau d’odieux manipulateurs, transformés en machine à tuer n’ayant plus grand-chose d’humain.

Mais ce que l’on peut attendre des responsables politiques qui prétendent éclairer la voie à suivre, c’est qu’ils cessent l’énoncé d’évidences pareilles sur le même ton que s’ils avaient à convaincre … et qu’ils entreprennent, avec l’ensemble de nos concitoyens, un travail de réflexion.

Il faut, en effet, que l’on comprenne comment et pourquoi de jeunes français, issus de familles musulmanes aussi bien que de familles athées ou chrétiennes, de milieux modestes ou de milieux très favorisés, partent en Syrie pour y combattre et peuvent même revenir en France pour tuer sauvagement leurs concitoyens.

Les réponses commodes et superficielles peuvent nous éviter cette réflexion qui ne peut être que longue et douloureuse. Mais j’ai la conviction que nul dirigeant ne sera à la hauteur de ses responsabilités sans participer le temps nécessaire à cette tentative de compréhension. Le mot compréhension est parfois à l’origine d’ambiguïtés car il a aussi le sens d’indulgence ou de culpabilisation des victimes, sensées avoir provoqué leur malheur.

Il ne doit y avoir rien de tel dans la démarche car nous n’avons pas à chercher des excuses à ce qui ne peut pas en avoir.

Mais il serait aussi inexcusable … et porteur d’autres drames, de ne pas faire le travail de réflexion indispensable pour comprendre et prendre, ensuite, l’ensemble des mesures indispensables pour s’attaquer aux sources du mal … car je veux bien croire ce qu’on veut, sauf que de tels comportements ne reposent pas sur des causes qu’il nous faut identifier puis faire disparaître.

Ce n’est pas la démagogie et les « Ya qu’à » et « Faut qu’on » qui guériront un mal qui nous ronge manifestement depuis trop longtemps.

Jean-Paul BOURGÈS 25 novembre 2015

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot
Journal — Histoire
Le docteur est-il encore en vie ?
Le 4 mars 1957, le docteur Slimane Asselah est enlevé dans son cabinet médical, au milieu de la casbah d’Alger, par les forces de l’ordre françaises. Mort ou vif, sa famille ne l’a jamais revu. Deuxième volet de notre série.
par Malika Rahal et Fabrice Riceputi
Journal — Amérique du Sud
En Équateur, victoire en demi-teinte pour les autochtones après 18 jours de lutte
Un accord a été conclu jeudi entre le gouvernement et les responsables autochtones, à l’issue d’une longue grève générale, pour réclamer de meilleures conditions de vie. Dans la capitale Quito, la « Casa de la Cultura » (Maison de la culture) a été un endroit clef du mouvement.
par Alice Campaignolle

La sélection du Club

Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux